Saigon-Istanbul en business class sur Turkish Airlines : une prestation solide

Comme toujours une prestation solide et de qualité sur Turkish Airlines en business class pour ce vol entre Saigon et Istanbul.

Allez, c’est (presque) la dernière ligne droite pour moi avec ce vol pour Istanbul d’où je repartirai vers Oslo, le point de départ de la partie internationale de ce voyage. Au moins avec Turkish Airlines je sais à quoi m’attendre et ne me fais pas trop de soucis par rapport à ce vol même si vous verrez qu’il y a une ou deux choses à raconter avant le départ.

Pour commencer j’ai vérifié le statut du vol entrant dans la matinée pour me rendre compte qu’il avait quitté Istanbul avec 3 heures de retard donc, techniquement parlant, si le retard est répercuté sur le vol retour ma correspondance pour Oslo est ratée. Mais à ce stade je ne m’en préoccupe pas davantage : l’expérience et mon instinct me disent que cela va bien se passer et de plus je ne peux rien y faire pour l’instant donc j’y repenserai une fois arrivé à Saigon.

Pour mémoire, le routing aérien de ce voyage.

Vous trouverez en bas de page le récapitulatif des articles sur ce voyage au Vietnam.

Parcours au sol et check-in

Je suis arrivé de Phu-Quoc sur Vietnam Airlines au terminal domestique et je dois donc me rendre au terminal international d’où mon vol part plus de 6 heures plus tard.

Il est bien entendu possible de passer de l’un à l’autre des terminaux en restant airside, pourvu qu’on soit en correspondance, ce qui n’est pas mon cas !

En effet ce sont deux billets différents donc je suis en situation de self connect. Je n’ai donc pas pu enregistrer ma valise de bout en bout avec Vietnam Airlines et Turkish Airlines, j’ai donc du la récupérer en débarquant et doit attendre que l’enregistrement du vol Turkish Airlines ouvre.

Donc non seulement je vais devoir rejoindre le terminal international en étant landside mais je vais devoir attendre un peu plus de 3 heures que l’enregistrement ouvre, donc sans accès à salon, et encore attendre plus de 3 heures après l’enregistrement mais cette fois-ci dans un salon.

Cela fait tout de même beaucoup et vu le nombre de vols entre Phu Quoc et Saigon j’aurais pu minimiser cette attente avec un vol plus tardif. Mais comme je vous l’ai expliqué dans l’article sur le self connect il est toujours important de prendre une marge de sécurité et quand les choses vont mal les heures de retard s’accumulent souvent rapidement donc mieux vaut une correspondance longue qu’un vol raté.

La correspondance landside ne prend que quelques minutes avec ce chemin parfaitement balisé entre les deux terminaux.

IMG_0206

Me voici donc au niveau des arrivées du terminal.

IMG_0207
IMG_0209

Le vol en provenance d’Istanbul est toujours annoncé à l’heure alors que flightradar me confirme un retard de 3 heures…

IMG_0208

Bonne chance à ceux qui attendent.

Je rentre dans le terminal pour remonter au niveau des départs.

Pas grand monde et, bien sûr, le comptoir Turkish Airlines n’est pas encore ouvert.

IMG_0210
IMG_0214

Je ferai un tour du terminal pour passer le temps mais, le connaissant déjà, je sais qu’il va falloir me trouver une autre occupation pour passer le temps. Vu sa taille on en fait en effet vite le tour et il n’y a pas grand chose à faire.

IMG_0213

C’est une situation que j’avais déjà lors de mon précédent voyage au Vietnam où j’avais du attendre des heures l’ouverture de l’enregistrement de mon vol. Donc je ferai exactement la meme chose : je sortirai du terminal pour aller me trouver une place où m’installer en regardant les avions décoller et se poser.

IMG_0219

Même spot qu’il y a plusieurs années, l’histoire se répête.

IMG_0221

En fait de spotting je ne verrai pas grand chose vu qu’une pluie diluvienne se mettra à tomber, otant toute visibilité.

IMG_0225

Mais au moins je suis assis à l’air libre et je peux m’occuper…par exemple en commençant à m’intéresser au vol entrant et à son retard. Flighradar me confirme qu’il aura un gros retard à l’arrivée.

IMG_0220

Exactement comme mon vol aller

Faut il s’inquiéter ? Non. Déjà parce si le retard est répercuté sur le vol de retour et que je rate ma correspondance pour Oslo il y a d’autres vols par jour vers la capitale norvégienne donc j’arriverai tout de même à bon port, peut être juste un peu plus tard que prévu.

Ensuite parce que j’ai regardé l’historique de ce vol et je me suis rendu compte qu’il avait souvent un très gros retard au départ d’Istanbul et à l’arrivée à Saigon mais repartait quasiment à l’heure. A se demander si cela n’est pas fait exprès !

En effet, à y regarder de plus près, cela n’est jamais du à une arrivée tardive l’appareil effectuant le vol car il est toujours présent à Istanbul de longues heures avant le départ du vol.

Pourquoi cela ? Je ne sais pas. Peut être parce que l’avion est supposé rester parqué de longues heures à Saigon et qu’il vaut mieux arriver en retard et faire un demi tour rapide que de payer le tractage et le stationnement de l’appareil ? Mais cela doit tout de même couter cher en EU261 si c’est le cas… Mais c’est trop régulier et inexplicable pour être purement accidentel.

Bref, si vous avez des idées sur le sujet je suis preneur.

En attendant je décide de ne pas m’en faire, quasi certain que mon vol partira à l’heure ou presque.

Je ne vous cacherai pas que je commence à trouver le temps long mais l’heure de l’ouverture de l’enregistrement finit par arriver.

Je retourne dans le terminal et, effectivement, une queue s’est formée et les agents terminent les derniers préparatifs pour l’ouverture de l’enregistrement.

IMG_0226

A un moment tous les agents quittent leur poste, passent devant le comptoir, s’alignent et s’inclinent pour saluer les clients. Un cérémonial que j’avais déjà vu à Londres avec Garuda Indonesia il y a quelques années.

L’enregistrement commence. Je suis 3e dans la file business class et moins de 10 minutes après délesté de ma valise et muni de mes cartes d’embarquement je me dirige vers les contrôles de police et de sécurité. Le vol est toujours prévu à l’heure ce qui me confirme que mon intuition était bonne.

Je ne vois pas de file prioritaire mais peu importe : il y a tellement peu de monde que les formalités seront expédiées en 5 minutes.

J’irai passer le temps qui me sépare de l’embarquement au salon Le Saigonnais, utilisé par Turkish Airlines. Pas excellent mais vu les salons que j’ai fréquenté au Vietnam c’était le moins pire.

IMG_0244

Il y aussi des salons Priority Pass que j’aurais pu essayer mais j’avais un peu la flemme.

Il est enfin temps de me rendre en porte d’embarquement.

IMG_0263

L’embarquement

L’appareil est bien entendu là et les derniers préparatifs sont en cours avant l’embarquement.

IMG_0264

L’appareil est arrivé à 19h58 au lieu de 17h05 et l’embarquement commencera à 21h00 au lieu de 21h10 ! Un demi tour en moins d’une heure, belle performance, mais tout cela me confirme dans l’idée que c’est une option plus intéressante pour la compagnie que de stationner son appareil 4h…

L’embarquement prioritaire (business class et elite) commence juste quand j’arrive dans la salle d’embarquement et je suis dans les premiers à pénétrer dans l’appareil.

La cabine business Class de l’A350 Turkish Airlines

On retrouve la nouvelle cabine business class qui équipe les A350 et B787 de Turkish Airlines avec un siège Symphony de STELIA Aerospace.

IMG_0267

Configuration en 1-2-1 en quinconce, avec donc une rangée sur deux avec des sièges plus proches de l’allée et la console contre le hublot et l’autre avec davantage de privacy et la console qui sépare le siège de l’allée. Ce sera le cas de mon siège.

IMG_0271

Le seul reproche que je lui fais est qu’un hublot sur deux est ainsi caché.

L’écran est de bonne taille.

IMG_0272

Je suis bien isolé de l’allée.

IMG_0273

Les casques à réduction de bruit sont en place dans le rangement.

IMG_0274

Notez qu’on peut verrouiller le dit rangement avec un code.

La télécommande et les commandes du siège, tactiles.

IMG_0275

La liseuse et les commandes de l’éclairage dans le retour du siège.

IMG_0278

Turkish Airlines est une des rares compagnies à offrir des pantoufles en business class et en plus elles sont d’excellente qualité.

IMG_0276

Une couverture est en place mais d’autres seront distribuées pendant le vol pour la nuit.

IMG_0277

L’amenity kit est également déjà en place. Correct mais je ne suis pas fan des couleurs.

IMG_0285

Le vol

Durant l’embarquement on nous propose une boisson de bienvenue et je choisirai de l’eau.

On nous donne également les menus et les commandes seront prises au sol avant le départ.

IMG_0286

Le service sera « on demand » c’est à dire que vous choisissez l’heure à laquelle vous désirez diner.

Avant le décollage je jette un oeil à l’IFE pour me faire une idée de la route que nous allons emprunter.

Le wifi est offert pour les passagers business class mais avec seulement 1Go pour un long courrier c’est un peu pingre.

Nous décollons et survolons Saigon avant de mettre le cap vers Istanbul.

IMG_0293

Un oshibori chaud est distribué et les commandes de boissons prises.

On nous distribue des bouteilles d’eau fraiche…je garderai la mienne pour la nuit mais à ce moment elle sera moins fraiche.

On nous apporte ensuite les couvertures, taies d’oreiller et sur-matelas pour la nuit.

Le service de boissons commence avec des noix chaudes et l’habituelle bougie.

IMG_0297

Puis les tables sont dressées et l’entrée est servie.

IMG_0302

Je suis toujours aussi fan de la présentation des plats chez Turkish Airlines.

Sur le côté vinaigrette, sel, poivre, beurre et un sac pour garder le pain au chaud.

IMG_0301

Le mezze turc :

IMG_0299

Ce sera bon, frais, et assez gouteux.

La soupe de chou-fleur crèmeuse.

IMG_0300

Un vrai régal.

En plat principal j’ai choisi le poisson grillé, légumes sautés, purée de pommes de terre sauce au citron et au curcuma.

IMG_0304

La purée est très bonne et les légumes croquants mais il me faudra ajouter poivre et sel aux deux.

Le poisson est parfaitement cuit et sa sauce excellente.

Enfin le fromage et le dessert : le gateau au chocolat.

IMG_0305

Encore une fois c’est bon, rien à redire.

Il est temps d’aller me coucher. Avant d’installer la couverture une photo pour vous montrer une autre limite de ce siège : si par hasard vous vous mettez en chien de fusil vous vous cognez les genoux contre le siège.

IMG_0307

Je dormirai confortablement tout le long du vol jusqu’à ce que la cabine soit rallumée. Il reste deux heures de vol, nous sommes au nord de Bagdad et je trouve que c’est un peu trop tôt.

IMG_0312

Par contre le service du petit déjeuner ne se fait pas en un service unique pour tous mais au fil du réveil des passagers, ce qui est tout de même moins agressif et permet de gagner un peu de sommeil si on le désire. A la limite c’est peut être plus intelligent que de rallumer plus tard et servir toute la cabine au pas de charge.

Comme toujours sur Turkish Airlines le service du petit déjeuner se fait en deux temps.

Fruits, croissant, fromage, poulet, yahourt.

IMG_0314

Bon mais les viennoiseries seront un peu sèches.

Ensuite je prendrai l’omelette au cheddar, pommes de terre et champignons sautés, tomates cerises.

IMG_0315

Les pommes de terres seront excellentes, le reste correct mais je ne suis pas spécialement emballé.

Et il est temps de commencer la descente.

Arrivée et débarquement

Fin de vol sans encombre et nous arrivons avec 40 minutes d’avance. La cheffe de cabine nous gratifie de l’habituel « Welcome to Istanbul, the meeting point of the world« .

Le roulage sera assez long mais vu la taille de l’aéroport c’est un peu comme se poser à Orly avec un terminal à Roissy. J’exagère un peu mais vous comprenez l’idée.

Nous débarquons dans un couloir totalement désert.

IMG_0317

Très pratique vu la taille du terminal :

IMG_0322

Un coup d’oeil pour vérifier que mon vol pour Oslo est toujours prévu à l’heure.

IMG_0323

Il me faudra 12 minutes de marche pour rejoindre les contrôles de sécurité. Heureusement il n’y aura aucune attente.

IMG_0326

Et je n’ai plus qu’à rejoindre le salon pour attendre mon prochain vol.

Le service

Rien à redire, équipage très pro, efficace et aimable.

Conclusion

Turkish Airlines confirme qu’elle la meilleure compagnie européenne aujourd’hui. Une prestation très solide, sans lacune.

Les articles sur ce voyage au Vietnam

#TypeArticle
1Carnet de voyagePréparation des vacances au Vietnam
2VolParis-Stockholm – SAS – SAS Plus (A320Neo)
3SalonSalon SAS Gold – Stockholm
4VolStockholm-Oslo – SAS – SAS Plus (A320Neo)
5HotelRadisson Blu Airport Hotel – Oslo Gardermoen 
6SalonSalon SAS Gold Zone internationale – Oslo
7VolOslo-Istanbul – Turkish Airlines – Business Class (A321Neo)
8SalonTurkish Airlines Miles&Smile Lounge zone internationale – Istanbul
9VolIstanbul-Saigon – Turkish Airlines – Business Class (A350)
10HotelRenaissance Riverside Hotel –  Saigon 
11RestaurantAnan – Saigon
12RestaurantHoa Tuc – Saigon
13Carnet de voyageVisite de Saigon
14SalonLotus lounge Vietnam Airlines (domestique) – Saigon
15SalonSalon le Saigonnais (domestique) – Saigon
16VolSaigon-Hanoi- Vietnam Airlines – Business Class (A350)
17HotelJW Marriott Hotel – Hanoi 
18RestaurantGia – Hanoi
19RestaurantTung Dining – Hanoi
20Carnet de voyageVisite de Hanoi
21SalonLotus Lounge Vietnam Airlines (domestique) – Hanoi
22SalonSong Hong Lounge (domestique) – Hanoi
23VolHanoi-Phu Quoc – Vietnam Airlines – Business Class (A320Neo)
24HotelSheraton  Long Beach Resort – Phu Quoc
25Hotel JW Marriott Emerald Bay – Phu Quoc
26SalonHoa Sim Business lounge – Phu Quoc
27VolPhu Quoc-Saigon – Vietnam Airlines – Business Class (A320)
28SalonSalon le Saigonnais (zone internationale) – Saigon
28VolSaigon-Istanbul – Turkish Airlines – Business Class (A350)
30SalonIGA Lounge (zone internationale) – Istanbul
31SalonTurkish Airlines business lounge – Istanbul
31VolIstanbul-Oslo – Turkish Airlines – Business Class (A321Neo)
32HotelRadisson Blu Plaza Hotel – Oslo
33RestaurantKatla – Oslo
34Carnet de voyageVisite d’Oslo
35VolOslo-Copenhague – SAS – SAS Plus (A320)
36VolCopenhague-Paris – SAS – SAS Plus (A320Neo)
37Carnet de voyageDebriefing des vacances au Vietnam

Saigon-Istanbul en business class sur Turkish Airlines

Siège et cabine
Catering
Service
Ponctualité
Rapport Expérience / Prix

Très solide

Vol confortable, bon catering, bon équipage

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
931SuiveursSuivre
10SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
353AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents