Oslo-Copenhague sur SAS en SAS Plus : « SAS as usual »

Ce court vol sur SAS entre Oslo et Copenhague en SAS Plus (Premium Eco) confirme qu’il n’y a pas grand chose à attendre de la compagnie en moyen courrier, surtout sur les vols intra-scandinavie. Mais quand on sait ça la compagnie ne déçoit pas non plus.

Cette fois-ci c’est vraiment la dernière ligne droite avec ce vol vers Copenhague d’où je repartirai vers Paris, ma destination finale. J’avais choisi de voler sur SAS pour des raisons de praticité…et de gains de miles ! SAS ne propose pas de vraie business class en moyen courrier, juste une premium eco (et encore….), la SAS Plus, qui si elle offre un service léger mais correct sur les vols à destination des pays hors Scandinavie ne propose que le strict minimum sur les vols « intérieurs », c’est à dire à l’intérieur de la Scandinavie.

Pas folichon mais une fois qu’on est au courant on sait à quoi s’attendre.

Pour mémoire voici le routing aérien de ce voyage.

Vous trouverez le récapitulatif des articles sur ces vacances au Vietnam en bas de page.

Enregistrement et parcours au sol

Je me suis enregistré en ligne la veille de mon sans aucun soucis.

Je quitte mon hôtel, le Radisson Blu Plaza, en début de matinée pour rejoindre l’aéroport. Si cet hôtel quoique très correct n’a rien de fantastique il a au moins un intérêt : il est juste à côté de la gare centrale d’où je prendrai le Flytoget, le train grande vitesse qui relie le centre ville à l’aéroport à 210 km/h, en 20 minutes avec une fréquence d’un train toutes les 10 minutes.

Quelque mètres après la sortie de l’hôtel une passerelle mène à la gare.

IMG_0725

A cette heure matinale un dimanche matin la gare est vide.

IMG_0727

Très pratique pour les touristes et ceux qui ne sont pas familiers avec l’endroit, un marquage au sol indique comment rejoindre le départ de la navette.

IMG_0728

Il y a des kiosques pour acheter son billet mais j’avais déjà acheté le mien en ligne auparavant.

IMG_0730
Après un peu d’attente (il y a moins de trains à cette heure matinale) notre train arrive en gare et nous embarquons.

Toutes les places assises ont été prises par les passagers qui ont embarqué aux stations précédentes et, de plus, il y a très peu de rangement pour les valises. Chacun essaie donc de trouver sa place comme il peut.

IMG_0731
IMG_0732

Moins confortable qu’à l’aller mais le trajet sera court. Et rien ne peut être pire que le RER B entre Roissy et Paris.

20 minutes plus tard nous sommes à l’aéroport et je quitte le train.

IMG_0734

Deux séries d’escalators plus tard je suis dans le terminal au niveau des départs.

IMG_0735
IMG_0736

Pas trop de monde chez SAS et il ne me faudra que deux minutes pour enregistrer ma valise.

IMG_0737

Je me dirige vers les contrôles de sécurité…qui eux sont bien remplis.

IMG_0738

Par contre personne ou presque en file prioritaire.

IMG_0739

Les contrôles sont passés rapidement et je me dirige vers le salon SAS Gold de la zone internationale du terminal que je vous ai déjà présenté à l’aller. International car la Norvège ne fait pas partie de l’espace Schengen.

IMG_0748

Il est rapidement temps de rejoindre ma porte d’embarquement. Terminal très agréable en passant.

IMG_0751

L’embarquement

Le personnel s’affaire derrière le comptoir dans la perspective d’un embarquement imminent.

IMG_0752

Celui-ci débutera à l’heure avec un respect strict des priorités et je suis le second à m’engouffrer dans la passerelle.

IMG_0753

La cabine

On retrouve la traditionnelle cabine des Airbus moyen-courrier de SAS.

IMG_0755

J’aime bien ces tons gris du plus bel effet.

IMG_0754

J’aime beaucoup moins la faible épaisseur du siège ainsi que le fait que SAS ne neutralise pas le siège central en SAS Plus.

L’espace pour les jambes est très correct.

IMG_0757

Le menu du buy on board est disposé dans la pochette devant moi.

IMG_0758

Et voilà pour la cabine. Rien de folichon mais très correct pour un vol d’à peine une heure.

Le vol

Le vol est quasi plein ce qui signifie que j’aurai malheureusement que j’aurai un voisin.

Nous partons à l’heure et quittons Oslo sous un superbe soleil qui m’a boudé pendant les deux jours où j’étais resté visiter la ville.

IMG_0763

Le service commence très rapidement. Je vous ai parlé d’une prestation minimaliste sur les vols intra-scandinavie ? Et bien voilà le résultat.

IMG_0764

Et voilà, circulez il n’y a rien à voir. Un verre d’eau gazeuse et c’est tout.

Pas grand chose d’autre à raconter, notre descente débute rapidement.

Arrivée et correspondance

Fin de vol sans histoire, on se pose et après un roulage assez court nous allons nous parquer en porte.

Seule chose notable que je vois quasi systématiquement chez SAS, les passagers de la moitié arrière de l’avion débarquent par un escalier à l’arrière de l’appareil, par le tarmac. Une pratique qu’on pensait réservée au low cost mais que je vois parfois sur d’autres compagnies « normales » et qui a tout de même l’avantage de permettre des embarquements et débarquements plus rapides.

Une pratique que j’apprécie….surtout quand je suis à l’avant.

IMG_0767

Je me dirige ensuite vers le salon SAS. Chose amusante que je n’avais encore jamais remarquée : des feux pour réguler le trafic des véhicules électriques dans le terminal en raison des travaux en cours.

IMG_0770

Le service et l’équipage

Pas grand chose à dire vu le peu qu’ils ont à faire. Souriants et aimables, c’est l’essentiel.

Conclusion

Comme je le dis souvent, quand on attend rien on est jamais déçu. La promesse est faible mais elle est tenue.

Les articles sur ces vacances au Vietnam

Oslo-Copenhague sur SAS en SAS Plus

Siège et cabine
Catering
Service
Ponctualité
Rapport Expérience / Prix

Correct

Quand la promesse est faible il y a peu de chances de décevoir.

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
936SuiveursSuivre
10SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
353AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents