Copenhague-Goteborg sur SAS en SAS Plus : basique et très en retard

Vu la durée du vol et l’appareil utilisé, un ATR 72, la prestation offerte sur ce vol en SAS Plus entre Copenhague et Goteborg a été des plus basiques. Basique mais pas inconfortable.

Je commence à devenir un habitué de la ligne Copenhague-Goteborg sur SAS que je suis amené à prendre pour des raisons de correspondances et il faut reconnaitre qu’il y a des vols plus exaltants. Seulement 228 km à vol d’oiseau, une durée de vol très courte qui permet à peine d’effectuer un service et, pourtant il n’est pas si désagréable que cela (surtout dans l’autre sens avec une belle approche sur Copenhague) et est surtout très pratique.

Me voici donc en route vers Goteborg pour un court séjour avant de repartir vers Chicago…toujours par Copenhague.

Voici le routing aérien de ce voyage.

Vous trouverez en bas de page tous les articles sur ces vacances aux Etats-Unis.

Parcours au sol

Je quitte le salon SAS Gold où j’ai passé près de quatre heures pour rejoindre ma porte d’embarquement. Porte A28, c’est à dire à peu près au bout du monde avec 17 minutes de marche.

IMG_7300

Je ne connais pas encore cette partie de l’aéroport de Copenhague, ça sera donc chose faite dans une vingtaine de minutes. Je ne peux m’empêcher d’être surpris par la taille de l’aéroport par rapport à son traffic, notamment les terminaux non Schengen à mon avis totalement surdimensionnés mais on aura l’occasion d’en reparler très prochainement.

Je traverse la zone commerciale toujours aussi vivante et agréable…

IMG_7301

Puis je découvre le terminal A et ses longs couloirs…

IMG_7302

Les portes défilent mais la mienne est quasiment tout au bout…

IMG_7303

Reconnaissons qu’un petit effort a été fait sur l’architecture…

IMG_7304

Encore un travelator…

IMG_7306

Et tout, tout au bout je descendrai d’un étage puisque ma porte est au niveau du sol, étant donné qu’il s’agit d’un ATR72 qui ne permet pas un embarquement par passerelle.

Me voici arrivé, finalement j’aurais mis un peu moins de 15 minutes et pas 17. Tout le monde attend patiemment sans agitation…

IMG_7307

Après quelques annonces notre embarquement débutera à l’heure.

Embarquement

Comme toujours sur SAS les priorités sont strictement respectées et je suis un des premiers à me diriger vers l’appareil. Il est garé juste en face de la porte et donc accessible à pied ce qui est beaucoup plus confortable qu’un embarquement par bus.

IMG_7309

La cabine

On embarque bien sûr par l’arrière dans cet appareil.

IMG_7311

On a une configuration en 2-2 avec des sièges en cuir assez confortables.

IMG_7312

Par contre vu l’espace pour les genoux je ne passerais pas deux heures là dedans.

IMG_7313

Je suis installé à l’arrière de l’avion, ce qui peut surprendre mais est logique. Vu qu’on embarque et débarque par l’arrière les passagers prioritaires sont installés de manière à entrer et sortir les premiers. C’est d’ailleurs clairement indiqué :

IMG_7314

Nous sommes rapidement prêts à partir.

Le vol et le service

Nous sommes prêts à partir mais rien ne se passe. On nous indique d’abord que le contrôle aérien nous impose une mise en route retardée de 15 minutes. Mais le temps continue à passer et finalement on nous indique une mise en route repoussée de 45 minutes pour un décollage retardé d’un peu plus d’une heure.

La raison ? Le traffic trop important à Goteborg que le contrôle aérien n’arrive pas à gérer. Goteborg congestionné ? J’hésite entre exploser de rire et…exploser de rire.

On nous autorise à fermer les cache hublots au sol pour éviter que la température dans la cabine ne s’élève trop en l’absence de climatisation vu que les moteurs ne tournent pas.

On finira par partir avec une bonne heure de retard sous un grand ciel bleu.

Très rapidement le temps se couvre alors qu’on met le cap sur le nord. 228 km entre les deux viles mais je suis toujours surpris par la différence de météo entre les deux à chaque fois.

IMG_7317

Le service commence mais vu la durée du vol les SAS Plus (premium eco) et les SAS Go (eco) seront logés à la même enseigne : eau, thé ou café. Le menu du buy on board est présent dans la pochette du siège mais je me demande s’il est vraiment possible de commander quelque chose.

Je prendrai donc un thé et continuerai de regarder la dernière saison de Succession. Pas de voisin, je peux m’étendre et mettre mes jambes en diagonale.

IMG_7320

Il reste des emballages de nourriture dans la pochette, le ménage a été un peu négligé pendant l’escale.

La descente commence très rapidement après un temps réduit passé à notre altitude de croisière.

Arrivée et débarquement

Verdure et lacs à perte de vue, bienvenue en Suède !

IMG_7322

On se pose sans encombre à Goteborg où le temps vient apparemment de se dégager après avoir été très couvert depuis plusieurs semaines (oui…nous sommes an aout).

Finalement nous aurons récupéré une partie de notre retard (20 minutes sur une heure). Pas compliqué : le vol est prévu pour une heure « bloc » (de la fermeture à l’ouverture des portes) et la distance est si courte que la durée réelle est beaucoup plus courte. Cela permet donc de facilement compenser des retards lorsqu’ils restent raisonnables.

IMG_7323

J’ai rarement vu autant de monde dans la salle de livraison des bagages de Landvetter…

IMG_7325

Le matériel n’est pas de première jeunesse mais il fonctionne ! J’adore ce côté old school.

IMG_7326

15 minutes plus tard je suis dehors. Je suis attendu pour diner chez une amie donc je dois déposer mes valises au plus vite à l’hôtel et notre retard n’arrange pas les choses. Faute de Uber disponible dans un délais raisonnable je prendrai un taxi.

Une dernière photo pour profiter du soleil Scandinave à 20h. Même mi aout il se couche encore très tard ici.

IMG_7327

L’équipage

Que dire sur un vol aussi court ? Il a été agréable et efficace.

Conclusion

Un vol basique mais avec une telle durée de vol je ne vois pas une compagnie capable d’assurer un service normal à part Turkish Airlines qui m’avait surpris entre Istanbul et Izmir pour un vol guère plus long.

Par contre un retard important au regard de la durée de vol qui aurait pu être problématique si j’avais eu une réunion professionnelle à l’arrivée au lieu d’un diner chez une amie.

Les articles sur ces vacances aux Etats-Unis

#TypeArticle
1CarnetOrganisation des vacances d’été 2023 aux USA
2HotelFairfield Inn by Marriott, North Conway (New-Hampshire)
3HotelAC Hotel by Marriott, Portland (Maine)
4VolParis-Copenhague – SAS – SAS plus
5SalonSAS Gold Lounge Copenhague
6VolCopenhague-Goteborg – SAS – SAS Plus
7HotelHotel Avalon – Goteborg
8RestaurantCarbon, Goteborg
9SalonSAS Lounge – Goteborg
10VolGoteborg-Copenhague – SAS – SAS plus
11SalonSalon American Airlines Admirals Club, Boston Logan
12VolBoston – Chicago O’Hare – American Airlines – Domestic First
13SalonSalon Eventyr, Copenhague
14VolCopenhague-Chicago – SAS (opéré par Hifly) – Business Class
15HotelThe St. Regis, Chicago
16HotelW Chicago Lakeshore
17RestaurantSignature Room at the John Hancock Center, Chicago
18RestaurantThe Purple Pig, Chicago
19RestaurantObelix, Chicago
20RestaurantCabra, Chicago
21RestaurantMiru, Chicago
22CarnetVisiter Chicago
23SalonAmerican Airlines Flagship Lounge, Chicago O’Hare
24VolChicago O’Hare – Indianapolis – American Airlines Domestic First
25VolIndianapolis – Boston – American Airlines Domestic First
26SalonSAS Lounge – Chicago O’Hare
27VolChicago O’Hare-Stockholm – SAS – Business Class
28SalonSAS Gold Lounge, Stockholm
29VolStockholm-Goteborg – SAS – SAS Plus
30HotelScandic Rubinen – Goteborg
31RestaurantProject, Goteborg
32VolGoteborg-Copenhague – SAS – SAS Plus
33VolCopenhague-Paris – SAS (Opéré par Jet Time) – SAS Plus
34CarnetDébriefing des vacances estivales aux USA
L’itinéraire du jour

Copenhague-Goteborg en SAS Plus sur SAS

Siège et cabine
Catering
Service
Ponctualité
Rapport Expérience / Prix

Correct

Service minimaliste pas surprenant mais gros retard.

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
929SuiveursSuivre
9SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
351AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents