Restaurant l’Embarcadère à Bordeaux : fade

L’Embarcadère est une table connue à Bordeaux en matière de fruits de mer et, bizarrement vu la localisation de la ville, le résultat final est assez décevant.

Après mes trois premiers diners à Bordeaux je voulais faire une petite pause fraicheur et me suis dit qu’un restaurant de fruits de mer ferait parfaitement l’affaire. Je me souvenais de l’Embarcadère où j’avais mangé plusieurs fois durant mon époque Bordelaise. Un souvenir correct mais pas extravagant non plus.

J’ai donc demandé conseil à des amis sur place, dont certains ont des restaurants, et j’ai eu à chaque fois la même réponse. « Pour les fruits de mer tu vas à Arcachon ou au cap Ferret….même si tu auras les mêmes produits qu’à Paris car beaucoup se fournissent à Rungis. A Bordeaux il n’y a pas vraiment de restaurants spécialisés et c’est pas terrible…Ah oui l’Embarcadère c’est un classique mais ne t’attends pas à grand chose. Si tu veux de la grande qualité attend d’être rentré à Paris« .

N’écoutant que mon courage j’ai quand même tenté le coup.

Vous trouverez tous les articles sur cette escapade à Bordeaux en bas de page.

Concept du restaurant

C’est tout simplement un restaurant spécialisé dans les poissons et les fruits de mer.

Cadre

Très joli avec sa décoration tout en bois et laiton et ses multiples cadres pleins de photos, pas du tout en lien avec le thème du restaurant mais peu importe.

IMG_5605
IMG_5612

Chaleureux sans être sombre.

La carte

Les entrées

IMG_5608

Les plats

IMG_5609

Les fruits de mer

IMG_5607

Les desserts

IMG_5610

Pour l’instant tout est cohérent avec le thème.

Le diner

J’arrive au restaurant, situé dans une partie vivante de la vieille ville.

IMG_5604

L’accueil est super convivial et chaleureux. On m’installe à ma table.

Ma commande est vite prise et le service commence tout aussi rapidement.

Je prendrai des langoustines pour commencer.

IMG_5613

Elles sont un peu pâles et je pense qu’il y a moyen de rendre la présentation un peu plus sexy. Là c’est vraiment le minimum syndical, sans effort.

Rien à dire sinon : elles sont bonnes mais le restaurateur n’y est pas pour grand chose. Mais elles font tellement grise mine sur leur plateau…

Pendant ce temps j’entends un serveur avoir une discussion tendue avec le couple de la table d’à côté. La dame a commandé un bar complet et veut qu’on le dépiaute avant de lui servir, le serveur refuse disant que ça n’est pas son travail et qu’il a autre chose à faire.

La discussion se tend un peu avant qu’il n’obtempère. Il s’occupera donc du poisson de la dame à la table en faisant une vraie tête d’enterrement.

Je peux comprendre sa position mais pas son argumentation ni la manière mais on en reparlera plus tard.

Ensuite j’ai pris la farandole d’huitres : 2 Cap Ferret, 2 Marennes, 2 fondue de poireaux, 2 beurre maître d’hôtel

IMG_5618

Encore une fois je ne suis pas fan de la présentation : trop d’algues à mon goût. Mais avec les huitres chaudes ils n’allaient pas mettre de la glace. Je trouve toutefois que ça fait un peu bâclé à la va-vite.

On ne m’a pas donné de fourchette à huitre. Erreur ou le protocole de service est il ainsi ? Je ne le saurai jamais mais ça n’est pas pratique.

Je décide de commencer par les huitres chaudes.

Je peux me tromper mais l’intérêt du concept est le mélange des saveurs entre l’huitre et ce qui l’accompagne… dans un cas je sentirai beaucoup le poireau et pas du tout l’huitre, dans l’autre l’huitre sera à peine perceptible.

Je suis assez déçu….en fait c’est un plat pour les gens qui n’aiment pas les huitres, on les avale sans même remarquer leur présence. J’ai connu mieux.

Les huitres froides seront bonnes.

Finalement je m’en suis sorti avec ma fourchette normale, j’ai fini le pain mais on ne m’en a pas rapporté

Le serveur vient débarrasser la table et m’annonce « puisque vous avez fini je vais dire de lancer le bar ». Quoi ? Une entrée qui se mange en 10 minutes maximum et l’envoi du plat suivant n’est pas anticipé ? Je sais qu’un bar ça cuit vite mais quand même…

Oui car comme ma voisine j’ai pris le bar entier grillé, sauce blanche aux herbes.

Il finit par arriver à ma table.

IMG_5620

La décoration de l’assiette est sobre. Là encore ils ne se sont pas cassés la tête mais ça ne se voit presque pas.

Pour le plaisir j’ai failli demander à ce qu’on me le dépiaute mais je m’en sortirai très bien tout seul.

Le poisson sera bon, peu être un peu sous cuit mais à peine. La sauce, elle, manque de finesse et est un peu grossière.

En dessert je prendrai des profiteroles au chocolat.

IMG_5624

Le chou sera très dur, la glace…glacée et la sauce, pas du tout onctueuse, en trop faible quantité pour donner du liant au tout. Ca sent vraiment le dessert industriel et je serais étonné que ça soit fait maison. En tout cas, comparé à celles de l’avant veille à L’Entrecôte c’est le jour et la nuit.

Je mettrai ensuite un temps fou pour commander l’addition : le personnel s’affaire auprès des tables nouvellement arrivées mais délaisse les tables qui sont en fin de repas.

Je finirai tant bien que mal par l’obtenir (82,50€) ce qui clôturera ce diner.

L’ambiance

Aucune ambiance particulière.

Le service

Sympa et chaleureux. Oui mais, comme ne cessait de me le répéter un de mes anciens mentors, être sympa c’est une qualité, pas un métier.

De manière générale le service était assez désinvolte. Sympa mais ni pressé ni même attentif, avec des oublis et des choses bizarres (la fourchette à huitre). Un peu comme s’ils étaient là…pour être là.

Et puis il y l’épisode du bar à dépiauter avec la table voisine. Alors je comprends que ça ne soit pas facile en plein service mais pour moi cela dépend du type de restaurant. En bistro ou brasserie « d’entrée de gamme » je conçois que ça soit difficile. Mais dans un vrai service de restaurant, qui plus est spécialisé en poissons et fruits de mer je trouve que la question ne devrait pas se poser.

De toute manière je n’ai pas du tout aimé la manière dont la cliente a été rembarrée au début quand elle à demandé à ce que ça soit fait, d’autant plus qu’il n’y avait que 3 tables dans le restaurant à ce moment. Entre mauvaise foi, impolitesse et flémardise.

Bref ce qui reste à la fin c’est une équipe sympa mais pas hyper pro, ou pas motivée, ou les deux.

Conclusion

Un cadre sympathique pour commencer et c’est déjà ça.

Au niveau de la cuisine c’est bon sans être transcendant, voire même décevant en ce qui concerne les huitres chaudes. Je pense que si j’avais pris les mêmes plats dans n’importe quel restaurant non spécialisé ça n’aurait pas été plus mauvais et même peut être meilleur.

Et pour ce qui est de la présentation, sans être mauvaise, ça fait un peu comme si « on va le faire avec le moins d’effort possible mais on va faire en sorte que ça ne se voit pas ».

Pour finir le service, encore une fois agréable mais ça ne suffit pas ou alors on va travailler dans un autre style de restaurant.

Bref un repas correct mais on attend autre chose quand on va dans un restaurant qui se revendique spécialisé en fruits de mer. J’aurais pu aller n’importe où ailleurs ça n’aurait rien changé.

Un endroit où l’on passe mais qui est trop neutre pour marquer et donner envie d’y retourner.

Les articles sur ce voyage à Bordeaux

Review #TypeArticle
#1CarnetPréparation d’une escapade à Bordeaux
#2HotelMoxy Roissy
#3VolParis-Bordeaux – Air France – Economy
#4HotelSheraton Bordeaux Airport
#5HotelMoxy Bordeaux
#6RestaurantTentazioni Bordeaux
#7RestaurantL’entrecôte Bordeaux
#8RestaurantLa Tupina Bordeaux
#9RestaurantL’Embarcadère Bordeaux
#10RestaurantCromagnon Bordeaux
#11RestaurantUn Soir à Shibuya Bordeaux
#12RestaurantMaison Nouvelle Bordeaux
#13CarnetGuide touristique de Bordeaux
#14VolBordeaux-Paris – Air France – Economy
#15CarnetDebriefing de ce séjour à Bordeaux

L'embarcadère Bordeaux

Cadre et ambiance
Intérêt de la carte
Présentation des plats
Qualité des plats
Quantité
Service
Rapport Expérience / Prix

Fade

Cuisine correcte, service agréable mais désinvolte...sans grand intérêt

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
936SuiveursSuivre
10SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
353AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents