Restaurant Xerta (1*) à Barcelone : la cuisine du terroir sublimée

Ce séjour Barcelonais avait en partie une vocation gastronomique avec, au programme, deux étoilés Michelin. L’un (Xerta) dans une dimension assez traditionnelle, l’autre (Angle) beaucoup plus innovante à mon goût.

Commençons donc par le premier.

Pour rappel, tous les articles liés à ce séjour.

#TypeReport
1SalonSalon Premium Traveller Orly 1
2VolParis Orly-Madrid – Iberia – Business Class
3VolMadrid-Barcelone – Iberia – Business Class
4HôtelHotel Arts Barcelona
5RestaurantXerta Barcelone 1*
7RestaurantLos Caracoles Barcelone
8RestaurantAngle Barcelone 2*
9VolBarcelone-Madrid – Iberia – Business Class
10VolMadrid-Paris Orly – Iberia – Business Class

Le concept de Xerta

Xerta est le nom du petit village ou le chef, Fran Lopez, a obtenu sa première étoile. Le village se trouve dans la région du Delta de L’Ebre et l’inspiration du restaurant et 90% des ingédients de la carte en proviennent, d’où la part belle faite au poisson.

IMG_6027

Disposant d’une étoile Michelin à la date de ma visite, le restaurant est situé dans l’hôtel Ohla Eixample Hotel à Barcelone.

Attention : il y également une version “Xerta restaurant à tapas” dans le même hôtel…ne vous trompez pas.

IMG_6019

Le cadre de Xerta

Je dirai que c’est moderne, lumineux et très aéré.

IMG_6022
IMG_6023
IMG_6033

Je me plains souvent des restaurants à la lumière tellement tamisée (euphémisme pour ne pas dire qu’on est quasiment dans l’obscurité la plus totale) où on ne voit plus ce qu’on a dans son assiette, mais ici c’est pratiquement l’excès inverse.

Mais si cela m’a un peu surpris pendant les premières minutes (l’habitude ?), ce sentiment m’a vite quitté.

Le restaurant a adopté le principe de l'”open kitchen” mais avec une mise en œuvre assez réussie où l’on voit sans trop voir.

IMG_6086

La carte de Xerta

COVID oblige, la carte n’était disponible qu’en format numérique.

Elle s’articule autour de plusieurs menus.

IMG_6035
IMG_6038
IMG_6036

Tant qu’à faire je prendrai le menu Hommage mais sans Wine pairing dont je ne suis vraiment pas fan. Même si les verres sont peu remplis, enchaîner une dizaine de vins différents n’est pas une option qui me convainc. Je préférerai prendre 2 ou 3 vins au verre au fil du dîner.

Le dîner et les plats

On commence par m’apporter des amuses bouche, avec une mise en scène un peu spéciale…

IMG_6039
IMG_6040

Surprenant et créatif.

Puis le ravioli de crabe et anguille.

IMG_6046

C’est tellement beau qu’on ose pas y toucher. A vrai dire je ne suis pas fan de l’anguille et je cherche la noix de coco. Le consommé tiède est sympa. C’est bon mais je reste sur ma faim.

Les calmars à la romaine.

IMG_6052

Super intéressant et original. Le pili est peut être trop discret à mon goût.

Le ceviche vient ensuite.

IMG_6053

Un plat qu’on ne présente plus. C’est bon, c’est frais, mais le “truc qui tue” c’est la glace à la patate douce. Un régal !

Le thon rouge.

IMG_6055

Un côté terre-mer intéressant avec la carotte et les pignons de pin.

Bébé anguille…. sans aucune explication ce plat remplace l’huitre….

IMG_6057

Ainsi préparée et fumée l’anguille passe beaucoup mieux pour moi. Délicieux.

Le riz soccarrat….avec une petite mise en scène sympa

IMG_6060
IMG_6061
IMG_6062

Le “soccarat” est une pratique de caramélisation du riz dont d’aucuns disent qu’il est indispensable à toute bonne paëlla. Le goût fumé est très agréable.

Le bar à la truffe.

IMG_6065

La cuisson du poisson est parfaite, la truffe généreusement dosée, l’alliance avec la mandarine bien trouvée mais, au nez, il y a quelque chose qui me fait tiquer.

Je fais une petite pause. Il est 21h30 et d’un seul coup le restaurant est plein. Je signale également que bien qu’étant installé à moins de 2m de la cuisine ouverte je ne sens pas une odeur.

Arrive enfin le caneton.

IMG_6068

Cuisson et sauce parfaites…toutefois il y a un ingrédient qui parfois se détachait un peu trop de la sauce sans que je puisse l’identifier et qui jurait un peu.

On m’amène ensuite un pré-dessert.

IMG_6073

C’est bien vu, c’est frais, et bienvenu après les nombreux plats enchainés à un rythme soutenu.

Vient ensuite le vrai dessert : le biscuit au chocolat et aux algues.

IMG_6074

Le biscuit est léger, le chocolat fondant. L’algue est dessous, quasi imperceptible et ça n’est pas plus mal.

Pour accompagner cela j’ai au fil du repas commandé 3 verres de vin : un blanc, un rouge, un vin de dessert. Tous choisis avec pertinence par le sommelier et sans faire exploser la note.

Je terminerai par un armagnac et un thé vert.

IMG_6076
IMG_6080

Très bien mais l’armagnac servi au doseur ça casse un peu le charme…

Quelques douceurs pour terminer…

IMG_6081

Le personnel et le service

Très agréable et convivial, pas guindé du tout.

Juste deux séquences un peu moins réussies : une attente interminable pour obtenir mon addition puis récupérer mon vestiaire.

L’ambiance

Feutrée, musique de fond sympa mais discrète, lumières peut être un peu fortes.

Conclusion

Un excellent diner. La base est assez classique avec des produits du terroir de la région de l’Ebre, mais la manière dont ils sont travaillés permet de revoir des plats à priori connus avec un regard neuf…et étonné.

Le service est irréprochable et agréable, modulo les deux remarques faites plus haut.

Au final tout cela pour une addition à 238 euros que je trouve justifiée.

IMG_6085

Il est évident que c’est un somme mais quand on s’aventure chez un étoilé on sait à quoi s’attendre. De plus il y a 35 euros d’armagnac dont j’aurais pu me passer.

Je dis donc en général, dans ce genre d’établissement, qu’il faut s’attendre à une addition élevée, la seule question étant de savoir si a la fin on estime en avoir eu pour argent ou s’être fait voler. Par exemple les 214 euros payés au Yakuza by Olivier à Paris me restent encore en travers de la gorge plus de 6 mois après.

Là ça n’est pas le cas, je suis juste heureux de cette expérience avec, de plus, une cuisine qui sort un peu des sentiers battus.

Xerta Restaurant Barcelone

Cadre et ambiance
Intérêt de la carte
Présentation des plats
Qualité des plats
Quantité
Service
Rapport Expérience / Prix

Excellent

Une cuisine très créative sur une base de produits du terroir.

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansLike
889FollowersFollow
1,279FollowersFollow
315SubscribersSubscribe

Articles récents