Qu’attendre du nouveau partenariat entre Air France-KLM et Etihad ?

Air France-KLM ont récemment annoncé un partenariat étendu et renforcé avec Etihad qui promet des synergies intéressantes et qui pose logiquement la question de savoir s’il ne s’agit pas des prémices de quelque chose de beaucoup plus important.

Cela fait plusieurs semaines que le partenariat entre Air France-KLM et Etihad a été annoncé et ses termes ont déjà été largement présentés et discutés donc nous allons les rappeler mais sans nous attarder dessus pour aller rapidement au sujet principal de cet article : qu’est ce que cet article nous dit et ne nous dit pas au sujet des rapports de force entre les grandes compagnies et alliances et du futur des compagnies concernées.

Le partenariat entre Air France-KLM et Etihad

Rappelons pour commencer le contenu du partenariat

• Extension de l’accord de partage de code et d’interligne de 2012. Dans un premier temps ce sont 40 nouvelles routes vers l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie-Pacifique et l’Australie qui ont été commercialisées.

• Possibilité pour les membres de Flying Blue et d’Etihad Guest de cumuler des miles en volant sur Air France, KLM et Etihad.

Regroupement, dans certains cas, des opérations des trois compagnies au sein d’un même terminal dans certains aéroports, mutualisation des salons et coopération pour ce qui est des services au sol.

Un partenariat fort, donc, qui correspond bien à la situation des deux groupes concernés et à leur besoin.

Deux groupes à la recherche de relais de croissance

Il faut bien comprendre que les différentes parties concernées sont, dans des proportions différentes, à la recherche sinon d’un second souffle en tout cas de relais de croissance.

C’est principalement vrai pour Etihad, mal en point depuis des années, et qui peine à se faire une place au soleil entre sa soeur Emirates et l’ennemie Qatar Airways. Avec sa flotte de 74 appareils elle n’a pas la taille critique qui lui permettrait de proposer un vaste réseau susceptible d’attirer une large clientèle et il semblerait que sa qualité de service ne soit plus ce qu’elle a pu être.

Membre d’aucune alliance elle ne peut compter non plus sur ses partenaires pour doper son traffic et si elle a nouée de nombreux partenariats hors alliance ils restent modestes par leur ambition. Il ne faut pas se voiler la face : l’échec de sa stratégie de prise de participation et d’Etihad Partners lui a fait très mal, l’a isolée et limité sa capacité à investir.

Nous n’avons jamais imaginé qu’Etihad pourrait survivre seule longtemps et si un mariage avec Emirates parait politiquement compliqué malgré un timide partenariat la seule planche de salut était de se rapprocher d’une major européenne ou asiatique afin de valoriser la localisation de son hub.

Quant à Air France-KLM si tous les voyants semblent aujourd’hui au vert sous l’impulsion de Ben Smith, elle ne peut se satisfaire de sa seule croissance organique face à un Lufthansa Group boulimique d’acquisitions et un IAG qui va mettre la main sur Air Europa. Ajoutons un autre sujet pas assez souvent évoqué à notre avis : la perte programmée de compétitivité de son hub d’Amsterdam Schiphol. Entre limitation du nombre de vols et une taxe annoncée sur les passagers en transit ce qui était jusqu’ici un atout majeur pour le groupe risque de devenir un boulet, et c’est un risque dont Ben Smith est pleinement conscient. Tout comme il est conscient qu’après la montée en puissance des compagnies du Golfe une nouvelle menace est à sa porte avec l’ambitieuse Turkish Airlines.

Après avoir raté l’occasion de racheter ITA les occasions de croissance externes ne sont pas légion si on se dit que le terrain de chasse ne peut être qu’Européen : aujourd’hui il y a TAP et c’est tout (et c’est loin d’être gagné).

Bien sur le rachat de SAS change la donne mais pas énormément. Plus grosse qu’ITA elle ne représente toutefois pas un réservoir de clients assez important pour changer les choses.

Donc pour enrichir son offre et son réseau, même si ça n’est qu’indirectement la voie du partenariat était la meilleure et vu sa position géographique et le fait qu’elle ne soit membre d’aucune alliance, Etihad était certainement la meilleure. Et ce d’autant plus que son réseau principalement orienté vers l’Asie complète parfaitement celui d’Air France-KLM qui a principalement mis ses efforts sur l’Amérique du Nord (se dire qu’ils ne desservent même plus le Vietnam autrement qu’au travers de Vietnam Airlines est quand même fou…), partie du globe ou Skyteam est même faible par rapport à ses concurrentes. Et Etihad ouvre également les portes de l’Océanie.

La compagnie d’Abu Dhabi offre de plus à Air France-KLM ce hub dans Golfe que Skyteam ne lui donne pas, Saudia ne pesant pas assez et l’arrivée de Riyadh Air pouvant même laisser craindre son déclassement.

Si SAS apporte trois hubs au groupe, leur localisation les rend économiquement inefficaces pour les routes asiatiques et le réseau long courrier de la compagnie scandinave est tellement réduit qu’il n’apporte pas grand chose.

Les deux parties se sont donc très bien trouvées au travers d’un partenariat qui a du sens des deux côtés.

Les compagnies du Golfe ne sont plus des pestiférées

La première chose que nous dit cette annonce, ou plutôt qu’elle nous confirme, c’est que l’époque ou les majors européennes et américaines tiraient à boulet rouges sur les Gulf Sisters est aujourd’hui révolu : on ne combat pas les ME3, on s’allie avec. Qatar Airways est rentrée dans OneWorld, Etihad se rapproche d’Air France-KLM et si Emirates reste seule ça n’est pas parce que personne ne veut d’elle mais parce qu’elle ne veut de personne, ce qui ne l’empêche pas de multiplier les partenariats.

Pour ce qui est des compagnies européennes leur problème n’est plus dans le Golfe mais sur les rives du Bosphore mais c’est un autre sujet.

Maintenant il reste à voir jusqu’ou ce partenariat peut aller.

Etihad dans Skyteam ? Pourquoi pas…

Pour certains ce partenariat constitue les prémices d’une entrée d’Etihad dans Skyteam. S’il est encore trop tôt pour avoir des certitudes sur le sujet nous pensons en effet que c’est une possibilité et d’ailleurs c’est un serpent de mer qui refait régulièrement surface depuis des années.

Pour Skyteam cela aurait effectivement du sens. L’alliance est, de notre point de vue, la plus faible des 3 alliances internationales, manque de compagnies vraiment premium, et est faible dans la région du Golfe là où OneWorld a Qatar Airways et Oman Air et où, sans être présente, Star Alliance bénéficie a proximité de Turkish Airlines et de son énorme Hub idéalement placé entre l’Europe et l’Asie.

Pour Etihad l’intérêt existe mais sans être aussi évident. Après tout pourquoi rejoindre une alliance lorsqu’on peut multiplier les partenariats ?

Et puis rejoindre une alliance c’est, selon certains, perdre un peu de son indépendance et c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle il est quasi improbable de voir Emirates rejoindre Star Alliance qui lui fait les yeux doux : on ne les voit avoir d’une manière ou d’une autre des comptes à rendre à United ou Lufthansa et surtout pas son CEO Tim Clark.

Mais ce qui est vrai pour Emirates ne l’est peut être pas pour ses voisines. Après tout Qatar Airways a bien rejoint OneWorld, principalement parce que contrairement à sa voisine elle n’a pas la taille critique qui lui permet de faire cavalier seul. La même logique s’appliquerait avec encore plus de force pour Etihad….

Alors, Etihad dans Skyteam ? C’est possible, un jour, mais pas évident.

Etihad rachetée ?

Beaucoup plus farfelue est l’idée d’un rachat ! Pas d’un point de vue industriel mais pour de simples considérations politiques et diplomatiques.

Nous avons à maintes fois évoqué l’idée d’un rachat d’Etihad par le passé et c’est pour d’excellentes raisons évoquées plus haut : la compagnie est trop petite et trop fragile face à ses voisines du Golfe. Mais si rachat il y a nous ne voyons qu’Emirates comme potentiel acquéreur même si la rivalité entre Dubai et Abu Dhabi rend les choses compliquées.

Quant à un rachat par une compagnie étrangère (dont nous ne disons pas qu’il ne serait pas intéressant d’un point de vue économique et opérationnel) il est aujourd’hui totalement inenvisageable : les puissances du Golfe ont leur fierté et ne toléreront jamais qu’une de leurs compagnies tombe entre des mains étrangères.

Si déjà intégrer une alliance peut être compliqué, ne parlons même pas d’un rachat.

Donc oui un groupe Air France-KLM-Etihad aurait fort belle figure mais relève du pur fantasme et il est fort peu probable que cet idée soit venue à l’esprit d’une des parties concernées.

Conclusion

Air France-KLM et Etihad ont signé un partenariat qui a tout pour être gagnant-gagnant. Quant à savoir si cela préfigure une intégration de la compagnie dans Skyteam il est trop tôt pour le dire. Il est certain que c’est une éventualité mais rien ne dit que ce soit la volonté de la compagnie. Mais peut-être n’aura-t-elle pas le choix.

Et vous que pensez vous de ce partenariat ? Pensez vous qu’Etihad peut survivre seule ou qu’intégrer une alliance est une issue inéluctable ? Dites le nous dans les commentaires.

Image : A380 Etihad de IanC66 via Shutterstock

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
931SuiveursSuivre
9SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
351AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents