Restaurant le Jehanne à Rouen : la créativité et le visuel ne font pas tout

Le Jehanne propose une cuisine assez créative et des plats très bien présentés mais avec une tendance à trop privilégier la forme au fond qui à la fin laisse sur sa faim.

Pour ce premier dîner de ce week end à Rouen j’ai donc opté pour le Jehanne déjà parce qu’il était ouvert, parce que sa carte était assez attirante et parce que contrairement à beaucoup trop de restaurants à Rouen il proposait des réservations en ligne.

Il s’agit, par ailleurs, du restaurant de l’hôtel Radisson Blu de Rouen, situé un tout petit peu à l’extérieur de l’hyper centre et à deux pas de la gare.

Si vous vous interrogez sur son nom, Jehanne est une ancienne forme du prénom Jeanne et l’allusion à Jeanne d’Arc est assez simple à comprendre. Mais ils n’ont pas poussé le vice plus loin, ça n’est pas un restaurant de grillades.

Vous trouverez tous les articles sur ce week end à Rouen en bas de page.

Le concept du restaurant

Il s’agit d’un restaurant de cuisine française assez moderne et créative avec des références à la cuisine locale également.

Le cadre

Si le bâtiment qui héberge le Radisson est moderne et sans aucun charme, le restaurant, lui, est dans une ancienne bâtisse qui lui est accolée et communique avec.

IMG_5929

Il offre d’ailleurs une agréable terrasse lorsque la saison le permet.

Par contre l’intérieur est plus décevant. Il y a une volonté de faire quelque chose de design, assez épuré, mais à la fin l’impression qui prévaut est celle d’une grande cantine sans personnalité.

IMG_5930

Cela manque indiscutablement de chaleur et de charme.

La carte

Comme annoncé c’est une carte de spécialités normandes et de cuisine française créative.

IMG_5931
IMG_5932

Le dîner

J’avais réservé en ligne mais l’email de confirmation reçu était assez sibyllin. « Nous accusons réception de votre réservation », sans plus, sans rappel de date ni d’heure. Confirmation de ma demande ? Confirmation de la réservation ? On verra bien.

J’arrive à l’heure dite au restaurant. Je rentre par le bar de l’hôtel. Je m’arrête une fois passé le seuil de la salle en attendant qu’on s’occupe de moi. Le chef de salle me tourne le dos et regarde la salle, vide, sans prêter la moindre attention aux arrivées. Il remarquera ma présence au bout de 3 minutes qui me sembleront interminables.

On m’installe à ma table en demandant de suite si je veux de l’eau. Bon point. Et on m’apporte la carte quasi immédiatement. Je la trouve très intéressante et aurait un peu de mal de me décider car beaucoup de plats m’intéressent.

Au moment de la commande le serveur, extrêmement aimable par ailleurs, me conseillera également du vin au verre.

Contrairement à la salle, jolie mais qui pâtit de sa configuration qui la rend assez peu chaleureuse, la table est bien dressée et la vaisselle jolie. C’est simple, sobre et du plus bel effet.

IMG_5933

En attendant mon entrée on me propose un choix de trois pains : traditionnel, blé noir ou céréales. Très bien.

Par contre la réception dans la salle est en 2G, heureusement qu’on peut librement se connecter au wifi de l’hôtel.

Mon entrée arrive.

Asperges blanches, coulis de brocoli et wasabina, glace à m’amande et oeufs de truite

IMG_5934

Premier commentaire : la présentation est vraiment très belle.

Les asperges sont correctes, le coulis pas assez relevé (où est la moutarde wasabina ?), la glace a tellement peu de goût qu’on se demande à quoi elle sert. Niveau cuisson c’est ni chaud ni froid, entre les deux, dommage.

Au final ce sont les asperges qui relèvent le plat plus que le coulis ne relève l’asperge et pourtant j’ai connu des asperges au goût plus prononcé.

Finalement c’est assez fade et plat, pas mauvais mais beaucoup plus beau que bon.

Passons au plat principal…

Langoustines, gnocchi a la ricotta, bisque et broccolini, toast à la rouille épicée et crème aux graines de fenouil 

IMG_5936

Encore une fois un visuel très réussi.

Je commence par le toast qui est très bon.

Ensuite le plat, qui a beaucoup plus de gout que l’entrée, l’accompagnement fait bien son travail et relève le plat même si les gnocchis sont assez fades.

Vraiment pas mal.

Le dessert enfin.

Baba au calvados

IMG_5939

Ah le calvados c’est ce qui est contenu dans la pipette ? Assez radin, ça suffira difficilement à imbiber le biscuit, pas du tout dans l’esprit du plat.

Finalement c’est correct mais pas transcendant et je sentirai à peine le calva.

Je prendrai un café pour finir. Ou plutôt je vais essayer. Le serveur m’a totalement oublié, perpétuant cette tradition qui veut qu’une fois qu’un client n’a plus qu’à payer on l’oublie au profit de ceux qui au milieu de leur repas.

Après une bonne dizaine de minutes j’arrive à intercepter son regard et lui fait un signe de la main. Il reviendra peu après avec l’addition.

« Je n’ai pas demandé l’addition ».

« Ah j’ai cru »

« Si vous étiez me voir au lieu de filer l’imprimer sans me parler quand je vous ai appelé vous auriez su ».

Il reviendra vite avec un café qui me sera offert pour s’excuser.

Et l’addition ? Il me faudra encore attendre 5 minutes pour réussir à lui demander. 72 euros avec l’impression d’être la 5e roue du carrosse une fois que j’avais fini mon dessert.

Le service

Accueil très moyen par le chef de salle puis un serveur a pris le relais avec un excellent service jusqu’au dessert. Après c’est devenu n’importe quoi.

Encore une fois l’impression qu’une fois qu’on a fini de manger et qu’on ne va plus passer de commande significative en termes de prix on n’intéresse plus personne et qu’on nous laisse mourir dans un coin car c’est plus important de prendre les commandes de ceux qui arrivent et de se servir des autres.

Erreur car au final c’est cette dernière interaction ce qui fait pencher définitivement mon opinion du mauvais côté à la fin du service.

L’ambiance

Pas spécialement d’ambiance. Une grande salle avec des gens qui mangent alignés, comme dans une grande brasserie mais sans le charme qui va avec.

Ah si, j’oubliais. Une table avec deux enfants bruyants et intenables à proximité, qui passeront leur temps à jouer dans l’aller sans que ça ne préoccupe les parents.

Conclusion

Une belle carte et une belle promesse, difficilement tenue.

Beaucoup d’effort sur la créativité et la présentation mais au final au goût c’est assez commun et proportionnellement décevant. C’est bien de se croire dans Top Chef mais il ne faut pas oublier les basiques que sont le gout et le service. J’aurais préféré plus de simplicité mais une meilleure exécution.

La fin du service a terminé de me rendre bougon et scellé mon opinion sur le restaurant.

Dommage.

Les articles sur ce week end à Rouen

#TypeArticle
1CarnetPréparation d’un week end à Rouen
2TrainParis-Rouen – SNCF TER Nomad – 1ere classe
3HotelHotel de Bourgtheroulde – Rouen
4RestaurantLe Jehanne – Rouen
5RestaurantLes Nymphéas – Rouen
6RestaurantPascaline – Rouen
7CarnetVisiter Rouen
8TrainRouen-Paris – SNCF TER Nomad – 1ere classe (pas de review, sans intérêt)
9CarnetDebriefing de mon week end à Rouen

Le Jehanne Rouen

Cadre et ambiance
Intérêt de la carte
Présentation des plats
Qualité des plats
Quantité
Service
Rapport Expérience / Prix

Moyen

Une carte prometteuse, une réalisation moyenne et un service qui s'est délité au fil du temps.

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
938SuiveursSuivre
11SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
353AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents