Paris-Zurich en business class sur Swiss : le confort de l’A220

Après un excellent séjour de ceux semaines en Croatie je reste deux jours à Paris avant de mettre le cap sur la Scandinavie pour deux semaines également. Mon séjour me mènera successivement à Stockholm, Copenhague et Goteborg.

Après une première nuit au Moxy à Charles de Gaulle (pas d’article, vous en avez déjà eu plusieurs sur cet hôtel (voir ci-dessous), me voici prêt à partir pour Stockholm via Zurich sur Swiss.

Voici ce qui sera mon routing aérien pour les jours à venir :

Pour mémoire la série d’article relatifs à ce voyage.

#TypeArticle
1HôtelMoxy Paris CDG (pas d’article, regardez nos anciens articles sur le Moxy Paris CDG)
2VolParis-Zurich – Swiss – Business Class (c’est ici)
3VolZurich-Stockholm – Swiss – Business Class
4HôtelMiss Clara by Nobis – Stockholm
5RestaurantRestaurant Nisch – Stockholm
6RestaurantRestaurant Sturehof – Stockholm
7VolStockholm-Copenhague – SAS – SAS GO (éco)
8HôtelMoxy Copenhague Sydhavnen
9RestaurantRestaurant The Shrimp Copenhague
10RestaurantRestaurant Marv&Ben Copenhague
11SalonSalon SAS Gold à Copenhague
12VolCopenhague-Stockholm – SAS – SAS GO (éco)
13VolStockholm-Goteborg – SAS – SAS GO (éco)
14HôtelRadisson Blu Scandinavia Goteborg
15SalonSalon Vinga à Goteborg
15VolGoteborg-Zurich – Swiss – Business Class
16VolZurich-Paris – Swiss – Business Class

Réservation des billets

Sans surprise désormais c’est sur Lufthansa Group et plus spécialement sur Swiss que j’ai trouvé le meilleur tarif pour ce trajet, d’autant plus qu’il me fallait un tarif “open jaw” (j’arrivais à Stockholm et repartais par Göteborg), généralement plus cher. Un vol à 4 segments en business aux alentours de 400 euros, comme d’habitude chez LH Group.

Le Lufthansa Group propose de nombreuses rotations vers Stockholm et Göteborg ce qui m’a donné une grande flexibilité dans le choix des horaires mais j’ai fini par choisir Swiss au détriment de Lufthansa pour deux raisons : une cabine (en A220) que je préfère et surtout des plats chauds sur les vols de plus de 2h !

Raison pour laquelle j’ai une fois de plus disqualifié Air France : plus cher, un service moindre et un plateau froid sur le vol de retour depuis Goteborg (Stockholm est une des rares destinations moyen courrier à encore avoir du chaud), moins de fréquences et, qui plus est, un Göteborg-Paris opéré en Embraer sans neutralisation du siège voisin et arrivant au 2G à Roissy.

Pour les vols intérieurs je prendrai une éco (SAS Go) sur SAS mais on aura le temps d’en parler plus tard.

Bref, commençons notre voyage.

Enregistrement et parcours au sol

Une fois de plus ces derniers temps l’enregistrement en ligne n’a pas été possible en raison des formalités COVID qui nécessitent des contrôles de documents. Cela ne m’a pas chagriné outre mesure vu que j’avais des bagages à enregistrer, le seul point noir étant potentiellement la longueur de la file d’attente vue que tous les passagers devaient se présenter au comptoir.

En ce mois de septembre Roissy est toujours aussi calme quand on se dirige matinalement vers le 2B/2D.

IMG_2866

Pendant la crise sanitaire les travaux ne cessent de ne pas se terminer…

IMG_2868

Un peu plus de monde au fur et à mesure qu’on se rapproche des comptoirs d’enregistrement. Il faut aimer la marche car arrivant par le CDGVal il m’a fallu marcher jusqu’au fin fond du 2B pour m’enregistrer avant de revenir embarquer au 2D…

IMG_2869

En arrivant au comptoir mes craintes sont confirmées : la file d’attente est impressionnante.

IMG_2870

Heureusement il n’y a pas grand monde dans la file prioritaire et 2 minutes plus tard c’est à mon tour…Sauf que devant moi se trouve une famille de 6 personnes avec une tonne et demie de bagages et visiblement pas très organisée au niveau de ses documents de voyage.

Je passe au guichet d’à côté et en 2 minutes tout est réglé. J’aime quand un agent suisse me félicite pour mon organisation et le fait que j’ai anticipé le côté réglementaire en ayant rempli tous les formulaires à l’avance…

Je m’éloigne et finis par me retourner après m’être un peu éloigné : 3 ou 4 passagers sont passés à mon guichet pendant que la famille continue d’embouteiller l’autre.

Bref, il est temps de se diriger vers la salle d’embarquement.

Là encore la file prioritaire fait merveille et 3 minutes plus tard je suis “air side” alors que les contrôles sont assez embouteillés.

IMG_2874

S’en suit, comme partout, la traversée imposée du duty free pour accéder au hall d’embarquement.

IMG_2876

Il est encore tôt et ma porte d’embarquement est bien vide…

IMG_2877
Je me dirige donc vers le salon. En passant je remarque que le piano mis à disposition des passagers a toujours le même succès…mais pas toujours pour le bien de nos oreilles.
IMG_2878

Et me voici arrivé au salon.

Le salon Sheltair

Je ne m’étendrai pas trop sur ce qui est le seul salon du terminal 2D : je vous l’ai déjà présenté en partant en Croatie.

Le salon est toujours aussi triste et l’offre aussi limitée. Disons qu’il a le mérite d’exister.

IMG_2880
IMG_2884

Je le quitterai sans regret pour me diriger vers ma porte d’embarquement.

L’embarquement à Paris

L’avion est à l’heure et nous attend.

IMG_2885

L’embarquement commencera à l’heure et sera tellement fluide que j’en ai oublié de prendre des photos. Peu importe car la nouveauté pour moi est la cabine business de cet A220 Swiss

La cabine de l’A220 Swiss

J’entre donc quasiment le premier.

IMG_2890

Comme toujours chez Swiss on a une cabine sobre d’aspect assez premium.

Le siège est assez fin mais rien à voir niveau confort avec l’ancien siège NEK qu’on trouve encore largement sur la flotte du Lufhansa Group : beaucoup plus confortable.

IMG_2887

Pour ses A220, contrairement à Lufthansa et Austrian qui ont fait le choix du siège Geven ESSENZA pour remplacer les “vieux” NEK (Lufthansa Neue Europakabine), Swiss a opté pour des ZIM Unique du plus bel aspect. D’accord ça n’est pas une business moyen courrier Turkish Airlines mais pour une compagnie européenne c’est très bien.

On remarquera également qu’une cloison mobile mais “en dur” sépare la business de l’éco.

Par ailleurs, contrairement à Air France, Swiss a décidé d’équiper ses A220 de mini écrans individuels qui diffusent notamment les consignes de sécurité et la géovision.

IMG_2896

Quant à l’espace pour les jambes il est bon sans être exceptionnel. C’est souvent le problème du rang 1 : il n’y pas de siège devant pour glisser ses jambes dessous mais juste une cloison !

IMG_2891

J’ajouterai pour finir que cet A220 est en configuration 2-3 et que les sièges centraux sont neutralisés sur le bloc de 3 sièges et qu’un siège est neutralisé sur le bloc de deux. Cf mon commentaire sur les Embraer Air France.

Le vol et le service sur Swiss

Lorsque je m’installe une bouteille d’eau, une serviette rafraichissante et une serviette désinfectantes sont déjà disposées sur le siège voisin.

IMG_2892

Il y a 4 rangées de business sur ce vol et l’appareil sera plein.

On part à l’heure et se dirige vers la piste.

On croise quelques Air France stationnés au large.

IMG_2895

Les consignes de sécurité sont diffusées sur l’écran et c’est quand même plus agréable (voire pro) que voir un PNC faire le pantin au milieu de l’allée. Il n’y a pas de petites économies mais je ne comprend pas pourquoi toutes les compagnies ne prennent pas cette option.

IMG_2896

On décolle et je profite de la vue sur les 2E-L et 2E-M avant de passer au dessus du 2G, alias Guantanamo.

IMG_2902
IMG_2903

Cet appareil est vraiment très agréable et silencieux.

Le service commence très vite. Et voici le plateau du jour !

IMG_2907

Aucune surprise de la part de Swiss. C’est globalement bon et leurs croissants chauds ne ressemblent pas autant à du chewing-gum que ceux de certains concurrents.

En général je trouve que les plateaux petit déjeuner sont les pires que servent les compagnies aériennes, surtout en Europe, mais celui tient la route sans être exceptionnel mais me fait regretter celui de mon dernier Paris-Vienne, il est vrai sur un vol plus long.

Comme de bien entendu le service chez Swiss se conclue avec des chocolats.

IMG_2908

Mais il est déjà temps de se préparer pour l’atterrissage.

L’équipage Swiss

Pas grand chose à dire sur un vol aussi court. Très pro et agréable comme souvent sur Swiss.

L’atterrissage et l’arrivée à Zurich

La campagne Zurichoise fait peu à peu son apparition en dessous de nous.

IMG_2910

IMG_2911

On touche le sol et se dirige rapidement vers notre point de stationnement.

IMG_2913

Quelques minutes plus tard je suis dans le terminal, direction le lounge avant de prendre ma correspondance pour Stockholm.

IMG_2914

Conclusion

Un vol sans histoire sur Swiss qui m’a surtout permis de découvrir et apprécier le confort et le silence de l’A220 qui est vraiment le moyen courrier le plus agréable du moment.

Paris-Zurich en business sur Swiss

Enregistrement
Embarquement
Cabine : siège
Cabine : propreté
Divertissement en vol
Nourriture : goût
Nourriture : recherche
Nourriture : présentation
Nourriture : choix
Personnel :Service
Personnel : disponibilité, amabilité
Débarquement
Lounges / service et expérience au sol
Ponctualité
Rapport Expérience/prix

Très bien

Bonne prestation sur un vol court et surtout belle cabine dans le confort de l'A220.

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansLike
852FollowersFollow
1,285FollowersFollow
305SubscribersSubscribe

Articles récents