fbpx

Review : Lufthansa Business Class, Francfort-Istanbul, A320

Je reprend donc mon histoire là où je l’avais laissée après un vol entre Paris et Francfort et une correspondance de 25 minute menée rapidement mais sans stress.

Autant vous dire qu’on passera rapidement sur l’expérience de pré-embarquement vu qu’elle n’a consisté qu’en une longue balade dans les couloirs de l’aéroport pour arriver en porte d’embarquement qu’au moment précis où mon vol commençait à embarquer.

FRA-IST LH1300

Un embarquement rondement mené

Quelques faits notables tout de même en termes d’expérience passagers. Comme je le mentionne souvent, Lufthansa propose souvent des correspondances très courtes à Francfort à tel point que quiconque est habitué aux correspondances à Roissy se dit qu’il a raté son avion avant même d’avoir commencé son voyage. Et bien il n’en est rien : on peut vraiment en 25 minutes traverser l’aéroport et passer du Schengen au non Schengen.

La contrepartie : on n’a que peu ou pas de temps pour goûter aux charmes des lounges de la compagnie allemande.

Me voici donc en porte d’embarquement pour me rendre à Istanbul. Les priorités d’embarquement sont annoncées et strictement respectées…ce qui s’avère totalement inutile. En effet l’embarquement se fait en bus donc les passagers “prioritaires” embarqueront les premiers dans le bus et en descendront donc les derniers .

Je me plains de souvent avoir vu mon Paris-Francfort stationner au large à l’arrivée et obliger à un débarquement par bus, là sur le Francfort-Istanbul c’est pareil mais, par contre, logique et totalement explicable.

Sont amenés en priorité “au contact” de gros porteurs (on est dans un terminal “non Shenghen”) et les mono-couloirs comme l’A320 se retrouvent donc logiquement plus facilement “au large” car moins difficiles à embarquer par bus qu’un appareil de 350 passagers.

Bref j’y gagne une nouvelle longue balade au milieu des appareils, me donnant l’occasion de faire quelques photos pour passer le temps.

FRA-IST LH1300
FRA-IST LH1300
FRA-IST LH1300

Bon on arrive enfin, il est temps d’embarquer.

FRA-IST LH1300

Une belle cabine

Rien à redire sur le siège et la cabine, c’est la cabine standard moyen-courrier Lufthansa ni plus ni moins. J’aime l’aspect général, l’aspect pour les jambes est acceptable pour mon 1,88m (ni inconfortable ni généreux) et l’assise me semble toujours un peu dure au début même si au bout de quelques minutes le sentiment s’estompe.

FRA-IST LH1300

Les revues et consignes de sécurité sont toujours bien présentés dans une pochette plastique, c’est propre et l’ensemble dégage un côté premium non ostentatoire que j’aime bien (si tant est qu’on puisse utiliser le mot premium pour une business moyen-courrier sur une compagnie européenne mais bon…).

FRA-IST LH1300

J’ai déjà pris ce vol il y a plus d’un mois et un ami, voyageur fréquent, été tombé des nues quand je lui avais dit que Lufthansa arrivait à caser 7 rangs de business sur Istanbul dans un A321. Record battu car là nous étions 8 rangs de business sur un A320. Et certains continuent à penser qu’Istanbul est une destination “loisirs”.

Pas de boisson offerte avant le décollage, dommage. D’autant plus que, plusieurs bus étant nécessaire pour acheminer les passagers, les premiers arrivés attendront un bon moment avant le décollage.

Celui-ci arrive enfin. Je suis du mauvais côté de l’appareil, rien d’intéressant niveau vue à part pour qui aime les champs.

Une prestation solide

Peu après le décollage on nous distribue un oshibori chaud accompagné des menus.

FRA-IST LH1300

Belle présentation pour un vol business moyen courrier, beaucoup ne se donnent pas la peine d’un document aussi élaboré même pour un vol d’un peu moins de 3h.

FRA-IST LH1300
FRA-IST LH1300
FRA-IST LH1300
FRA-IST LH1300

Le service de l’apéritif commence. Pour moi ce sera vodka tonic. On me laisse la mignonnette, libre à moi de gérer de dosage.

FRA-IST LH1300

Puis on prend ma commande. Pour moi ce sera le cabillaud au curry.

Le plateau arrive immédiatement.

7858E49D-4A10-4C18-AE30-12F70D752C32

L’entrée est un saumon épicé avec une salade de céleri , une sauce pesto relevée à la moutarde et des graines de potiron grillées.

FRA-IST LH1300

C’est à la fois frais, fin, relevé juste ce qu’il faut et bien présenté.

Puis vient le cabillaud. La présentation du plat est plus classique. Le poisson est cuit juste ce qu’il faut, le plat a une bonne présence en bouche.

FRA-IST LH1300

Le dessert, une mousse au chocolat blanc et à la mangue glisse toute seule.

FRA-IST LH1300

Lufthansa propose toujours de belles assiettes de fromage.

1D90EA60-99E8-4548-9DA8-4C0EAF521B7D

Le siège central étant naturellement neutralisé en business chez Lufthansa comme chez d’autres, mon voisin et moi nous en servirons pour y poser nos verres et nos iPads afin de regarder des films durant le vol. A l’ouverture de la tablette je remarque qu’elle a été mal nettoyée (traces de liquide séché dans le repose goblet). J’ai à peine le temps de penser à prendre une photo que l’hôtesse voit la tablette mal ettoyée, sors une éponge pour nettoyer la petite trace en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire et en s’excusant.

Le vin rouge sera très acceptable et il m’en sera resservit plusieurs fois tout le long du vol sans que j’ai besoin de rappeler l’hôtesse. Si je n’ai pas demandé autre chose (à part de l’eau gazeuse) ça n’est pas par fainéantise du personnel, simplement parce que je ne voulais pas changer.

Ce repas est une preuve de plus que dès qu’on ose les épices en vol on se retrouve avec des plats infiniment moins fades et ayant une meilleur présence en bouche que lorsqu’on reste sur des choses plus traditionnelles. Ca, Lufthansa l’a compris, d’autres pas encore.

Le vol se déroule sans accroc et sans qu’il n’y ait autre chose à ajouter. Personnel disponible et omniprésent, siège confortable, on ne peut pas demander grand chose de plus sur ce type de vol.

FRA-IST LH1300

Il y a du wifi comme sur presque tous les vols Lufthansa mais mon envie d’avoir la paix l’emporte largement sur celle d’être connecté.

FRA-IST LH1300

On nous annonce l’atterrissage proche. C’est une première pour moi : après des années à pester contre l’inconfortable et engorgé aéroport d’Ataturk me voici enfin dans le nouvel aéroport flambant neuf d’Instanbul.

La découverte du nouvel aéroport d’Istanbul

Une première approche, malheureusement pas du côté me permettant de voir les infrastructures. Mais dans une prochaine review vous pourrez voir mon prochain décollage direction Izmir avec, là, une excellente vue du nouveau terminal.

Les grues et engins de chantier sont omniprésents, preuve que beaucoup reste à faire avant que l’aéroport n’adopte sa configuration définitive.

Le temps de roulage est long. Logique : la piste est loin du terminal et même une fois celui atteint, il faut encore rouler de longues minutes avant d’arriver à la porte en raison du gigantisme du bâtiment.

Débarquement au contact : quelque chose qui était très rare à Ataturk vu l’inadéquation entre les infrastructures et le traffic. Et vu la taille du nouvel aéroport je ne pense pas qu’on aura très souvent droit à un stationnement au large et un embarquement / débarquement par bus.

Aéroport Istanbul

On termine par ma première expérience de transit dans ce nouvel aéroport.

Pour ceux qui le connaissaient, Ataturk signifiait longues files d’attentes, couloirs encombrés voire embouteillés, passagers entassés.

Là ma marche vers les contrôles de police et la zone des vols domestiques a eu lieu dans un aéroport quasi désert tant il est surdimensionné pour le trafic actuel.

Aéroport Istanbul
Aéroport Istanbul
Aéroport Istanbul

Tout l’inverse de ce qu’on connaissait.

Le terminal est grand, la marche longue mais le tout dans un confort et un calme qu’on n’associait jamais à Istanbul par le passé.

Contrôles de police et de sécurité fluides (même si à peine la moitié des postes sont ouverts), c’est dire le potentiel de croissance de cette infrastructure alors qu’elle ne reçoit aujourd’hui “que” ce qui était le trafic des anciennes installations.

Voilà c’est fini pour son vol. A venir : ma correspondance et mon vol pour Izmir sur Turkish Airlines (et le test du nouveau lounge domestic entre temps).

Conclusion

Une prestation super solide de Lufthansa sur ce moyen courrier en business class. A partir du moment on passe sur le fait que les compagnies aériennes européennes ne proposent pas de siège distinctif en business class par rapport à l’économie, il n’y a rien à redire sur le reste.

Personnel aimable, souriant, disponible.

Excellent repas, beaucoup de goût, belles quantités. Je suis toujours surpris de voir la qualité des plateaux sur Lufthansa en business moyen courrier (attendons de découvrir le long-courrier) par rapport à celles de compagnies se prétendant d’une culture gastronomique supérieure à celle de l’Allemagne.

On regrettera l’embarquement par bus à Francfort (même s’il se justifie davantage que les débarquements par bus que j’expérimente trop souvent à mon goût sur les Paris-Francfort). Un “moins” compensé par la superbe expérience à l’arrivée au nouvel aéroport d’Istanbul.

Pour mémoire : routing et prix

Retours identiques.

Tarif aller retour : 526,11 euros.

Je reprend donc mon histoire là où je l'avais laissée après un vol entre Paris et Francfort et une correspondance de 25 minute menée rapidement mais sans stress. Autant vous dire qu'on passera rapidement sur l'expérience de pré-embarquement vu qu'elle n'a consisté qu'en une longue balade dans les couloirs de l'aéroport pour arriver en porte d'embarquement qu'au moment précis où mon vol commençait à embarquer. https://www.flickr.com/photos/thetravelguys/47018706134/in/album-72157691339838823/ Un embarquement rondement mené Quelques faits notables tout de même en termes d'expérience passagers. Comme je le mentionne souvent, Lufthansa propose souvent des correspondances très courtes à Francfort à tel point que quiconque est…
Une prestation sans accroc, un repas copieux et savoureux, un équipage agréable et efficace et en prime la découverte du nouvel aéroport d'Istanbul.

Lufthansa Business Class Francfort-Istanbul en A320

Embarquement
Cabine : siège
Cabine : propreté
Divertissement en vol
Nourriture : goût
Nourriture : recherche
Nourriture : présentation
Nourriture : choix
Personnel :Service
Personnel : disponibilité, amabilité
Débarquement
Lounges / service et expérience au sol
Ponctualité
Rapport Expérience/prix

Une prestation très solide

Une prestation sans accroc, un repas copieux et savoureux, un équipage agréable et efficace et en prime la découverte du nouvel aéroport d'Istanbul.

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
267FansJ'aime
1,225SuiveursSuivre
60AbonnésS'abonner

Articles récents

Abonnez vous à notre newsletter

 

 

Recevez nos news, nos analyses, nos trucs et astuces et devenez incollable sur le monde du voyage

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Au revoir !

On est désolés de vous voir partir et vous allez nous manquer ! mais vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdomadaire pour suivre notre actualité et rester incollable sur le monde du voyage !

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Merci de votre confiance !

Et à très bientôt sur TravelGuys.