fbpx

Thai Airways va-t-elle disparaitre elle aussi ?

Il n’y a pas qu’en Europe que certaines compagnies ont des difficultés. La prochaine sur la liste des compagnies disparues pourrait bien être Thai Airways.

Thai Airways : un puits sans fond !

Les difficulté financières de Thai Airways ne sont pas une nouveauté et s’il ne restait bientôt que douze compagnies majeures comme le pense le PDG de Lufthansa on vous avait déjà dit qu’on ne pariait pas sur la compagnie thaïlandaise pour en faire partie.

La flotte de la compagnie commence à devenir vraiment âgée et la compagnie n’a plus les moyens d’investir pour la remettre à niveau. La preuve : le récent projet de renouvellement de flotte a 5 milliards de dollars a été enterré faute de financement sous la pression du gouvernement thailandais, son actionnaire principal.

A côté de cela les low-cost lui ont volé son leadership sur des routes où elle était alors dominante et faisait une part significative de ses bénéfices.

Au premier semestre 2019 Thai Airways a ainsi annoncé une perte de 6,44 milliards de baths (200 millions d’euros) ce qui porte sa dette à 280 milliards de bahts (8,3 milliards d’Euros). Elle emploie 20 000 personnes.

Thai est en crise

Hier, son président, Sumeth Damrongchaitham  a ainsi déclaré à ses équipes selon le Bangkok post :

“Aujourd’hui, je veux que le personnel soit uni pour surmonter les obstacles. Dans le cas contraire, la compagnie aérienne nationale devra cesser ses activités. Il reste encore du temps pour une solution, mais il n’y a pas beaucoup de temps”

“La Thai est vraiment en crise. L’année prochaine, il faudra faire de notre mieux. Si le personnel n’est pas au courant et ne fait rien, il n’aura pas assez de temps pour riposter. Aujourd’hui, il reste très peu de temps. Aujourd’hui, il n’y a pas de zone de confort. Tout le monde mourra si le navire coule.”

“Il n’y aura pas d’autres récompenses pour le personnel, car notre seul trophée sera la survie de l’entreprise.

Dégraissage en vue au sommet de la pyramide

Que compte-t-il faire ? Selon ses propres dires Thai réduirait ses coûts en réduisant les salaires des cadres et en appliquant une politique de zéro stock dans son service de catering.

Pour une fois qu’on voit une compagnie commencer à balayer par le haut on ne peut qu’applaudir, surtout dans ces pays où les liens entre les grandes entreprises et le gouvernement peuvent être suffisamment incestueux pour transformer leur management en armée mexicaine bureaucratique.

A côté de cela on l’a vu le plan de renouvellement de la flotte a été abandonné. Mais alors que la compagnie envisageait de sortir dans les 8 prochaines années 31 appareils de sa flotte pour les remplacer par 38 plus performants on peut vraiment s’inquiéter pour la structure de coûts de la compagnie avec des avions peu performants énergétiquement. A moins que certains ne sortent tout de même sans pour autant être remplacés.

Pas de plan d’attrition en vue non plus ce qui peut sembler surprenant.

Par contre aucun plan de dégraissage en vue au niveau opérationnel. On serait tenté de dire que c’est noble alors qu’en même temps c’est le top management qui va souffrir, mais sera-ce suffisant ? L’avenir proche nous le dira.

Le gouvernement Thailandais peut il laisser tomber Thai ?

La faillite de Thai serait à coup sûr un cataclysme économique pour un pays qui dépend, de plus, autant du tourisme. Donc la question légitime est de savoir si l’Etat, actionnaire à 51%, laissera faire sans rien dire. On pourrait penser que non mais certainement pas pour entretenir un puits sans fond et laisser perdurer la gabegie actuelle. D’un autre côté Malaysia a connu une situation similaire, n’est toujours pas remise, mais le sujet son abandon par l’Etat n’est désormais plus un tabou.

Un possible rachat ? Par qui ? Il est trop tôt pour en parler. Mais même si la mariée a du potentiel on peut se retrouver dans un cas à la Alitalia où entre un Etat voulant préserver les emplois et des acheteurs en quête de rentabilité le dialogue tourne au dialogue de sourds.

On ne peut reprocher au président de Thai ni sa franchise ni le fait de vouloir préserver les emplois. Mais le remède est-il à la mesure du mal ? Et pourquoi se réveiller seulement maintenant alors que la situation de la compagnie est de notoriété publique depuis des années ?

Qu’il sauve la compagnie ou pas il aura certainement des comptes à rendre.

En attendant un nouveau feuilleton à suivre…

Photo : A380 Thai Airways de Jay Limsirichai via Shutterstock

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
781FansJ'aime
1,248SuiveursSuivre
70AbonnésS'abonner

Articles récents

Abonnez vous à notre newsletter

 

 

Recevez nos news, nos analyses, nos trucs et astuces et devenez incollable sur le monde du voyage

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Au revoir !

On est désolés de vous voir partir et vous allez nous manquer ! mais vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdomadaire pour suivre notre actualité et rester incollable sur le monde du voyage !

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Merci de votre confiance !

Et à très bientôt sur TravelGuys.