fbpx

Roissy est il si nul que cela ?

Les débats sur la privatisation d’ADP font ressurgir le sempiternel débat sur le fait que Roissy soit un des pires aéroports au monde. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le problème d’une mauvaise réputation est qu’elle vous colle aux semelles comme un chewing-gum alors qu’à l’inverse une bonne réputation met beaucoup de temps à se construire. Alors on va être honnêtes : chez TravelGuys on ne va pas dire que Roissy Charles de Gaulle soit l’aéroport qui nous a le plus bluffé ou celui où on était le plus heureux de passer du temps.

Mais, justement, est-ce qu’à force d’y passer une centaine de fois par an on finit par ne plus faire attention à rien ? Est-ce qu’à force de s’habituer à la médiocrité on ne voit plus les progrès ?

Essayons de nous livrer à un petit tour d’horizon avec le maximum d’objectivité.

Terminaux 2A, B, C, D  : correct mais peut difficilement mieux faire.

La jonction entre les terminaux 2A et C  a permis une amélioration significative de l’expérience passager. Elle a permis de concentrer les opérations de filtrage/sécurité tout en augmentant l’espace dédié aux commerces et zones de vie du côté des portes d’embarquement.

En face la même chose est en train d’être opérée entre le 2C et le 2D avec, de plus, un plus grande fluidité de passage entre les zones Schengen et International. S’ajoute à cela une plus grande capacité d’accueil de gros porteurs.

La jonction entre les terminaux 2B et D
© Paris Aéroport

Après ne nous voilons pas la face : tout n’est pas parfait. Parlant des terminaux 2A, C et D leurs « rénovations » ont plutôt été du nettoyage, d’ailleurs le 2D fait déjà daté et on attend de voir le 2B. La vraie nouveauté réside dans les bâtiments d’interconnexion où là les architectes ont pu se faire plaisir.

Pour le reste il est difficile de faire mieux, justement en raison de la structure même des bâtiments construits à une époque où les contrôles de sécurité étaient minimalistes, et où le passager devait aller le plus rapidement du comptoir d’enregistrement à la porte. On oublie trop souvent qu’au départ l’aéroport était un lieu de passage et pas un lieu d’attente, donc encore moins le lieu de vie qu’il doit devenir aujourd’hui.

En construisant les jonctions, Paris Aéorports a permis de récupérer de l’espace vital au niveau des portes en déplaçant les zones de contrôle mais les bâtiments ne sont pas extensibles à l’infini et il n’est pas possible d’envisager faire mieux à l’avenir saut à tout démolir. En attendant l’avenir ne sera que cosmétique.

Terminal 2E : des progrès nets mais toujours pas un lieu de vie

Les terminaux du 2E sont les plus récents et logiquement ils ne souffrent pas des limites de conception des 2A à D. Pour autant la zone des portes L est déjà en rénovation pour améliorer le parcours et l’offre commerciale ainsi que la mise en place d’un tri à bagages plus performant.

A notre avis une autre amélioration plus que significative a été la mise en place des connexions entre les terminaux 2E et 2F dans les deux sens même si on regrette que dans le sens 2F-2E on ne puisse accéder aux portes M que par bus !

De la même manière on trouve les zones commerciales et les espaces de vie trop réduits  même si cela s’est amélioré avec le bâtiment M. De manière générale le fait que chaque zone du 2E soit « étanche » nuit à l’expérience globale mais on comprend qu’il y avait des contraintes à la conception. Pour autant quand on connaît Dubaï, Singapour et j’en passe on peut rester sur sa faim. Mais je ne trouve pas dans ce terminal (ni ailleurs à Roissy d’ailleurs) d’espace où j’aime flâner oui qui me donnent envie de faire du shopping. Heureusement que j’ai accès aux salons des compagnies ce qui fait que je passe un minimum de temps dans les terminaux mais malgré des améliorations nettes au fil du temps il reste des progrès à faire face à la concurrence.

J’ajouterai tout de même que malgré les efforts réalisés le temps d’attente à l’immigration reste beaucoup trop long (même en sky priority), surtout aux arrivées, et que le temps de livraison des bagages est simplement désespérant.

Mais tout cela ne sera un jour qu’un mauvais souvenir avec l’arrivée programmée du futur terminal 4 dont on parlera plus bas.

Terminal 2F : sous-dimensionné !

C’est la première chose qui nous vient à l’esprit quant on parle du 2F : il est totalement sous-dimensionné pour accueillir les vols Schengen d’Air France et des ses partenaires Skyteam ! On s’entasse dans les zones d’embarquement, pour les zones commerciales et pour l’expérience globale je ferai le même constat que pour le 2E mais en plus sévère : ça n’incite pas à la flânerie.

Et je ne parle même pas de la température en été dans ce bâtiment au plafond vitré en été : le système supposé l’obscurcir n’est pas assez efficace et la climatisation tout aussi sous dimensionnée que le terminal.

L'intérieur du terminal F à Roissy
En fait de verrière le Terminal 2F est une serre !
© TravelGuys

Terminal 2G : efficace mais peu agréable

G comme…Guantanamo ? C’est la première réflexion qui vient quand on voit cet espèce de préfabriqué accueillant les vols « régionaux » d’Air France (enfin quoique Göteborg et Francfort….). Il a un avantage : les contrôles sont vites expédiés et les embarquements rapides. Il a un inconvénient : situé loin des autre terminaux il n’est accessible qu’en navette par bus ou en voiture si vous y allez directement. Et globalement l’expérience est nulle. Ca sent le projet fait à la va vite pour désengorger le 2F mais ça relève davantage du parcage pour animaux.

Mais on ne blâmera pas Paris Aéroport vu que le génie qui a présidé à cette construction se trouvait chez Air France.

Terminal 1 : bientôt un mini hub  pour Star Alliance ?

S’il y a un terminal qui fait son age et date d’un temps où le transport aérien n’était pas ce qu’il est aujourd’hui c’est bien l’historique Terminal 1. Quand on parle de manque d’espace dans les salles d’embarquement car on n’était pas supposé y rester des heures, le Terminal 1 est le meilleur exemple.

Bonne nouvelle, les satellites 1,2 et 3 sont en train d’être réunies pour ne former qu’une seule salle d’embarquement offrant plus d’espace et pouvant accueillir plus de passagers dans de meilleures conditions.

Roissy Terminal 1
L’actuel Terminal 1
©Paris Aéroport

Le futur Terminal 1 de Roissy
Le futur terminal 1
©Paris Aéroport

Dommage que ce nouveau bâtiment qui émerge autour du terminal existant n’englobe pas tous les satellites, le Terminal 1 aurait ainsi pu hériter du surnom de « Donut ».

En tout cas vu la présence très forte des compagnies Star Alliance sur ce terminal cela ressemble à un mini-hub et s’ils étaient assez malins pour vendre du codeshare avec des correspondances à Paris il y a un potentiel à développer.

Personnellement j’aime beaucoup ce terminal avec son « cœur » vide, les escalators dans des tubes de verre qui se croisent en hauteur….et beaucoup moins l’exigüité de ses satellites. Un projet qui devrait lui donner une vraie seconde vie.

Terminal 3 : vous voulez du low cost, vous en avez

Un terminal qui m’est cher puisqu’à l’époque où il s’appelait encore T9 j’y ai pris mes premier vols longs-courriers « solo » à une époque où mes finances me réduisaient aux low-cost.

Que dire d’autre que…c’est un terminal pour low-cost et charters. En attendant en termes d’expérience quand on est prêt à supporter ce que certaines compagnies qui l’utilisent font endurer à leurs clients on n’est pas trop légitime à se plaindre de l’expérience dans le terminal.

Il sera détruit dans le cadre de la construction du futur Terminal 4.

Le Terminal 4 de toutes les espérances

Initialement prévu pour 2014 il ne verra pas le jour avant 2028 et devrait accueillir les vols d’Air France et de ses partenaires dans une logique de croissance de la capacité de l’aéroport.

A ce stade on n’en sait pas plus mais espérons que les meilleures pratiques soient adoptées dans l’organisation des espaces pour qu’enfin Roissy devienne une référence en termes d’expérience passager.

Roissy ? Pas si nul mais pas encore au top

Ces derniers jours, sur fond de débat sur la privatisation d’ADP j’ai vu ressurgir un classement Airhelp qui en faisait un des pires aéroports au monde. Je pense de ce type de classement exactement la même chose que pour les classements de compagnies aériennes. Quand le métier d’une entreprise n’est pas de faire des classements ce genre de document n’est qu’un produit marketing qui permet de s’acheter de la notoriété.

Plus fiable est le classement Skytrax (encore que je n’aie jamais croisé un inspecteur Skytrax de ma vie) qui lui fait tout de même figure de référence dans le secteur. Et que nous dit Skytrax ? Que Roissy est passé du 93e rang en 2014 au 30e aujourd’hui. Ce qui me semble beaucoup plus cohérent avec la réalité.

Non sa réputation de pire aéroport au monde n’est pas méritée et il serait temps d’arrêter le « CDG Bashing » pour voir les progrès effectués. De ma propre expérience il y a vraiment pire que CDG aujourd’hui et il faut être de mauvaise foi ou traverser l’aéroport sans regarder autour de soi pour ne pas l’admettre. Les 3 milliards d’euros investis sur la période 2016-2020 ne se sont pas évaporés et ce montant sera doublé pour la période 2021-2025.

Après il reste des zones noires. Des files d’attentes encore trop longues au 2E par exemple, que ça soit au départ ou à l’arrivée. Des terminaux 2A à D qui ne pourront guère faire mieux à l’avenir. Des 2G et T3 qui sont ce qu’ils sont et correspondent peut être à un besoin mais comme en matière d’aérien « vous n’êtes jamais meilleur que votre plus mauvais produit ». Autrement dit : le passager qui passe aujourd’hui au 2D, au T3, au 2G ou dans un des satellites du T1 ne moque éperdument que l’expérience soit largement meilleure au 2E !

C’est donc beaucoup mieux mais on reste loin de Singapour, Hong-Kong, Bangkok et j’en oublie. J’oublie d’ailleurs volontairement Dubaï dans la liste car l’expérience est très inégale selon les terminaux. Prenez le Dubaï-Paris d’Air France en fin de soirée, ce que vous verrez ressemble plus à la cour des miracles qu’à une expérience de qualité.

Bref c’est bien mais très en dessous des meilleurs. La question est de savoir si CDG peut mieux faire.

On l’a vu il y a des contraintes « historiques » qui plombent la capacité d’amélioration de par la structure même des bâtiments. Bien sur pleins de choses peuvent encore s’améliorer à la marge mais je ne vois pas de grand saut en avant qui amènerait Roissy dans le top 10 en dehors de l’ouverture d’un Terminal 4 exceptionnel. En attendant le top 20 serait déjà bien.

La plus grosse verrue de Roissy c’est…

Aujourd’hui ce qui est le plus destructeur en matière d’expérience passager à Roissy c’est…le RER B ! Non seulement c’est l’enfer pour le passager au départ de Paris mais imaginez que c’est aussi le 1er contact du touriste avec « le monde réel » à la sortie de l’aéroport ! Ajoutez en plus une autoroute engorgée qui fait du RER le choix le plus pratique même au prix d’une expérience détestable vous avez compris la nature du problème.

Quand j’entends la présidente de la région Ile de France remettre en cause le projet de CDG Express les bras m’en tombent car cette verrue qu’est le RER B (tout autant que la cour des Miracles qu’est la Gare du Nord) détruisent l’expérience passager et, par conséquent, détruisent de la valeur pour ADP, pour les compagnies qui l’exploitent mais également pour le tourisme et l’économie en île de France.

Et si c’était simplement le RER B qui était l’arbre qui cache la forêt et par effet halo nous empêchait de voir les progrès effectués par ailleurs ?

Photo : Roissy CDG De EQRoy via Shutterstock

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
250FansJ'aime
1,182SuiveursSuivre
51AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents