Kenya Airways quitterait Skyteam (et ce que ça nous apprend sur les alliances)

Des rumeurs insistantes prêtent à Kenya Airways la volonté de quitter Skyteam. Et les raisons invoquées ne sont pas sans rappeler notre dernier article sur le futur des alliances aériennes dont il est une excellente illustration pratique.

Skyteam est trop petit

Première raison : Skyteam est trop petit. Je ne pense pas qu’il s’agisse de la raison principale mais elle n’est pas à prendre à la légère pour autant.

A ce jour Skyteam compte 19 membres à comparer aux 13 de OneWorld et aux…28 de Star Alliance. Une position « médiane » dans la compétition qui existe entre les 3 grandes alliances. De notre avis le problème de Skyteam n’est pas tant sa taille que sa couverture géographique et son positionnement.

Niveau couverture géographique la présence de Delta la rend très compétitive sur les Etats-Unis, sa présence en Chine n’est également pas à négliger (mais China Southern via bientôt quitter l’alliance) mais, comparée à Star Alliance la couverture de l’Europe est perfectible. En Asie elle ne rivalise pas avec Star Alliance qui peut compter sur Thaï, Singapore et Asiana voire OneWorld (Cathay et Malaysia) face à qui Garuda (malgré son excellent service) Korean et Vietnam Airlines font un peu léger.  Enfin elle n’a aucune présence en au Japon (ANA est Star Alliance et Japan Airlines OneWorld), ni en Océanie (Air New Zealand chez Star Alliance et Qantas chez OneWorld).

Quant à son positionnement elle compte moins de compagnies « premium » que ses concurrentes si on se fie au seul classement skytrax (une seule compagnie 5 étoiles : Garuda).

Mais, répétons le, pour une compagnie comme Kenya Airways être membre de Skyteam ne nous semble pas être un handicap, bien au contraire. D’ailleurs la compagnie n’envisagerait pas de quitter Skyteam pour rejoindre une « meilleure alliance » mais pour sortir du système des alliances tout court.

Priorité aux initiatives opportunistes et tactiques

Comme nous l’écrivions donc la semaine dernière, l’alliance est une modalité de collaboration hybride, voire tiède, entre les partenariats et les coentreprises. Et Kenya Airways est membre de plusieurs coentreprises (dont une avec Air France-KLM) et s’apprêterait à en créer d’autres. L’avantage : une approche très « marché » qui produit donc des bénéfices business concrets et tangibles et permet d’être, selon les routes, les ambitions et avantages concurrentiels de chacun, parfois partenaire, parfois concurrent, là où l’alliance implique une sorte de pacte de non agression.

Bref Kenya Airways entend maximiser son business sur certains marchés quitte à en abandonner d’autres en trouvant à chaque fois un partenaire financier et industriel spécifique.

Pas certain que le passager s’y retrouve en termes de programme de fidélité mais une réflexion (officiellement rien n’est décidé) qui en dit long sur la manière dont les compagnies, notamment celles qui ont essentiellement une présence régionale/continentale, envisagent leurs partenariats dans le contexte actuel. Kenya veut moins de partenaires mais des partenaires beaucoup plus engagés dans le business à leurs côtés. Qui le leur reprocherait.

 

Photo : Kenya Airways De Nieuwland Photography via Shutterstock

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
246FansLike
1,171FollowersFollow
42SubscribersSubscribe

Pour recevoir nos articles par email entrez votre adresse:

Articles populaires

Articles récents

Avant de se quitter....on aurait un dernier service à vous demander....

10 secondes et pas une de plus pour nous aider à construire la newsletter que vous adoreriez recevoir....