La 5G est elle dangereuse pour le transport aérien ?

L’arrivée de la 5G crée de nombreuses turbulences dans le monde du transport aérien car elle causerait des interférences susceptibles de mettre en péril la sécurité des vols. Résultat : de nombreux vols ont déjà été annulés pour cette raison et certains appareils seraient plus vulnérables que d’autres.

On essaie de vous aider à y voir plus clair et à comprendre s’il y a vraiment un risque.

La 5G crée de nombreuses turbulences

Vous avez sûrement entendu, il y a plusieurs semaines de cela, les médias faire état de nombreuses préoccupations relatives à la 5G qui ont entrainé des annulations de vols en cascade.

En Janvier de nombreuses compagnies aériennes (dont Emirates, ANA, Japan Airlines…) ont ainsi supprimés tout ou partie de leurs vols vers les Etats-Unis où le déploiement de la 5G allait commencer. La raison de ce vent de panique : une alerte de la FAA (l’autorité fédérale en charge de l’aviation) selon laquelle la 5G causerait des interférences avec les altimètres des avions, en vertu de quoi elle a interdit l’atterrissage automatique et le pilotage aux instruments aux abords d’une centaine d’aéroports. Au même moment, une alerte de Boeing annonçant que le B777 était spécialement concerné et ne devrait pas être utilisé dans ces conditions.

La situation est revenue à la normale, en tout cas provisoirement, lorsque les opérateurs télécom locaux ont accepté, momentanément, de ne pas déployer d’antennes 5G a proximité des aéroports.

Mais la semaine dernière la FAA a à nouveau tiré la sonnette d’alarme en émettant une nouvelle directive de navigabilité concernant cette fois les B737. Selon elle les fréquences utilisées par la 5G causent des interférences avec les radio-altimètres de tous les appareils de ce type excepté les 737-200. Sachant que le 737-200 n’est plus produit depuis 1988 disons que toute la flotte actuellement exploitée est concernée.

Quel est le problème des radio-altimètres avec la 5G ?

Dans tous les cas ce sont les radio-altimètres qui posent problème. Le radio altimètre est un appareil qui mesure la distance entre l’avion et le sol. Il émet une onde vers le sol, celle-ci se réfléchit dessus, revient vers l’appareil et le temps mis pour revenir permet de déterminer la distance qu’elle a parcouru, c’est à dire la distance entre l’appareil et le sol.

Cet équipement est essentiel dans le pilotage d’un avion, en tout cas en conditions de faible visibilité, car c’est le seul moyen dont dispose le pilote pour connaitre à quelle distance il se trouve du sol.

Il faut en effet comprendre la différence entre un radio altimètre et un altimètre traditionnel, dit altimètre barométrique. Ce dernier mesure la différence entre la pression atmosphérique au niveau de l’appareil et celle d’un niveau de référence pour en déduire l’altitude de l’appareil. Ce niveau de référence peut être le niveau de la mer ou l’altitude de l’aéroport qui est une donnée qui est connue du pilote.

L’altimètre barométrique détermine donc l’altitude par rapport à la piste mais pas la distance avec le sol. Cette différence est essentielle si, par exemple, une montagne se trouve sur la trajectoire de la descente de l’appareil : l’appareil peut être à une altitude confortable par rapport à la piste mais dangereusement près de la montagne. On peut donc penser que les aéroports pour lesquels la FAA a banni l’atterrissage automatique ont un relief spécifique dans l’axe des pistes.

Mais pour en revenir à notre radio-altimètre, il émet des ondes à une certaine fréquence, fréquence très proche de celle utilisée par les antennes 5G, ce qui peut induire les appareils de bord en erreur.

La 5G est elle dangereuse pour le transport aérien ?

Passé le côté sensationnel des différentes annonces et des annulations de vol, la question que le passager est amené à se poser est de savoir si le déploiement généralisé de la 5G met sa sécurité en danger lorsqu’il voyage en avion.

Sans s’ériger en spécialistes de la sécurité aéronautique, on peut toutefois dire que :

1°) La présence d’antennes 5G a proximité d’un aéroport ne se pose qu’en cas de pilotage aux instruments.

2°) Tous les appareils ne sont pas concernés. La FAA a ainsi commencé à “certifier” certains modèles de radio-altimètres.

3°) Le problème n’existe vraiment…qu’aux Etats-Unis.

Et c’est par ce point que nous aurions dû commencer pour vous épargner la fastidieuse lecture qui vous a mené ici mais a certainement amélioré votre culture générale sur le sujet.

L’Europe et la France précautionneuses en matière de 5G

Si vous avez pu remarquer que tous les exemples précédemment cités viennent des Etats-Unis ça n’est pas parce que la densité du traffic en fait un échantillon représentatif du transport aérien mondial mais parce bien qu’ayant eu du temps pour se préparer les opérateurs et régulateurs américains ont pris le sujet avec une certaine légèreté en comparaison de leurs homologues européens.

Pour commencer la fréquence utilisée pour la 5G en Europe est légèrement plus faible que celle utilisée aux USA. Suffisamment pour réduire les risques d’interférences.

Par ailleurs, en fonction des législations nationales, les pays européens imposent soit des antennes plus éloignées des aéroports, soit moins puissantes, soit orientées vers le bas.

Par exemple, en France, l’Agence Nationale de Fréquences (oui…nous avons des agences nationales pour à peu près tout…) a imposé que dans 17 aéroports les antennes devaient être orientées à l’opposé de la trajectoire des avions.

Le problème était donc connu historiquement et tout le monde a eu le temps de se préparer à déployer la 5G avec le plus haut niveau de sécurité. Certains ont simplement traité le sujet avec une légèreté que l’on pourrait qualifier de coupable.

Quoi qu’il en soit avec le remplacement en cours des radio-altimètres les plus anciens par des modèles récents et prenant en compte les spécificités de la 5G, le sujet ne devrait bientôt être que de l’histoire ancienne.

En attendant, malgré la pression des lobbys locaux, les aéroports américains sont toujours privés de 5G pour une durée indéterminée et qu’on espère aussi longue que nécessaire pour la sécurité des opérations.

Conclusion

La fréquence utilisée par la 5G peut causer des interférences avec les radio-altimètres des avions. Ce suhet étant connu de longue date de nombreux pays ont pris les dispositions nécessaires pour sécuriser les abords des aéroports et rendre le traffic sûr. Pas les Etats-Unis.

Image : avion et antenne 5G de Steve Heap via Shutterstock

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansLike
889FollowersFollow
1,279FollowersFollow
315SubscribersSubscribe

Articles récents