Carnet de Voyage : Séville

Pourquoi Séville

Si l’Espagne est un pays riche en termes culturels, Séville est sur ce point une de ses capitales, témoignant de la diversité du pays. Point de rencontre (parfois houleux par le passé) entre le monde chrétien et le monde musulman, entre l’occident et l’orient, la ville tire de son passé non pas des stigmates mais un patrimoine incomparable.

Et puis vu sa situation géographique, Séville est une ville parfaite à visiter quand le reste de l’Europe de l’ouest commence à rentrer dans l’automne ou l’hiver.

Aller à Séville

Séville à beau être une capitale touristique, l’offre de transport de qualité pour s’y rendre de Paris est assez pauvre. Aujourd’hui l’aéroport de San Pablo est majoritairement desservi au départ de Paris par les low-cost en vol direct. Et comme pour toute ville qui draine majoritairement une clientèle touristique, l’offre (et le prix) dépend également de la saison. Globalement on vous recommande Vueling ou Transavia.

A l’été 2020 Air France desservira Séville en propre sans qu’on sache si cette liaison a vocation à durer.

Et si vous voulez voyager sur une compagnie “normale” et que vous n’avez rien contre les correspondances on vous recommande Lufthansa qui propose d’excellents prix en éco via Francfort….et des business pas tellement plus chères que l’éco de certains.

En tout cas pour un voyage en novembre et peu importe la classe de voyage c’est indéniablement ce qu’on avait trouvé de mieux au départ de Paris, et ce dans toutes les classes de voyage.

Une fois à l’aéroport le trajet en taxi vers le centre ville est assez rapide, comptez moins d’une demi-heure. Pour les adeptes des VTC Uber opère à Séville mais vous pouvez prendre l’excellent “Free Now” (anciennement MyTaxi), filiale de BMW et Daimler Financial Services, qui est moins cher.

Se déplacer dans Séville

Dans une ville comme Séville il serait dommage d’abuser des transports et de ne pas profiter des charmes d’une ville qui se visite à pied avec plaisir.

Séville

Métro et tramway sont embryonnaires mais permettent de couvrir l’épine dorsale de la ville. Le réseau de bus est développé et satisfera sans aucun problème vos besoins.

Autre moyen pratique : les trottinettes électriques qui lors de mon séjour pullulaient au moins autant qu’à Paris mais de manière plus disciplinée en raison de la profusion des pistes cyclables et zones piétonnes. D’ailleurs le vélo reste un moyen très adapté à la ville pour qui ne veut pas trop marcher.

Mais on le répète, pleine de rues piétonnes et offrant un cadre idéal pour cela Séville est à mon avis une ville qui se visite à pied et faire autrement est quasiment criminel. Ensuite un hôtel mal situé (voir plus loin…) ou le climat peuvent vous inciter à réduire sans trop d’effort la distance avec le centre ville…mais c’est une autre histoire.

Se loger à Séville

Ca ne sont pas les hôtels qui manquent à Séville et il y en a à tous les prix et pour tous les goûts. On recommandera tout de même afin d’être à pied d’œuvre rapidement et ne marcher que de manière utile de se rapprocher du centre historique (autour de la cathédrale). En ce qui me concerne j’ai testé deux hôtels.

IMG_0366

Le premier, l’AC Hotel Ciudad de Sevilla. Hotel milieu de gamme supérieur aux prestations convenables pour qui n’est pas regardant sur l’épaisseur du matelas.

Plus sérieusement il a un inconvénient : à 2,2km du centre il vous imposera une petite 1/2 de marche pour aller à la cathédrale sans voir grand chose d’intéressant sur votre trajet et encore plus pour des sites comme la Macarena ou le quartier de Triana.

L’Alfonso XIII. Là on parle d’un batîment emblématique de la ville et d’un des hôtels les plus réputés d’Espagne. Et son emplacement est idéal.

Même si vous n’y résidez pas il fait partie des endroits à voir et visiter le temps d’un thé dans l’après midi.

Si vous avez envie de vous faire plaisir c’est l’endroit rêvé…mais il faudra jongler avec les dates pour le trouver à des prix abordables.

Mais l’offre est tellement riche que je ne doute pas que vous trouviez chaussure à votre pied.

Manger à Séville

Séville ne faillit pas à la tradition du pays : comme partout ou presque en Espagne il y a moyen de très bien manger à des prix tout à fait abordables. Là encore il y a de tout à tous les prix avec cette règle d’or en Espagne : la nourriture n’est peut être pas autant poussée dans le raffinement et la finesse qu’en France mais il est quasiment impossible de mal manger !

J’ai donc testé un peu tous les styles.

Dans la série “tables populaires” dans le bons sens du terme : l’Orangier ! C’est simple, c’est bon, le personnel est adorable et c’est pas cher.

Une table de quartier, populaire donc, et visiblement renommée. Un peu excentré mais parfait si vous dormez à l’AC Ciudad de Sevilla par exemple.

Plus recherché et “trendy”, l’Ena du chef Carles Abellan qui est un restaurant de Tapas localisé dans l’Alfonso XIII.

Quelques rares innovations sur les plats mais surtout le concept de tapas poussé à un niveau de qualité et de raffinement assez intéressant.

Mais si vous avez bon appétit l’addition peut monter.

Une belle terrasse…ce qui ne gâche rien.

Mon coup de cœur : le De La O.

Un peu à l’écart dans Triana c’est créatif, c’est bon, c’est passionné, c’est engagé, c’est beau, le personnel est adorable et l’addition douce.

J’y retournerai les yeux fermés.

Ma demi déception : le San Fernando.

C’est le restaurant “fine dining” de l’Alfonso XIII et à ce titre on en attend beaucoup.

Alors oui c’était bon mais j’attendais des plats qui envoyaient un peu plus de “peps”, là j’ai eu affaire à une cuisine qui ronronnait trop sur ses certitudes et se contentait d’être bonne là où on attendait d’avoir un peu de rêve.

Influence arabe oblige vous serez surpris de voir pleins de restaurant moyen-orientaux figurer dans les bonnes tables de la ville avec un peu d’arnaque à mon avis quand j’ai regardé les menus de certains pseudo-libanais.

Mais qu’à cela ne tienne vous trouverez sans problème de bonnes tables à tous les prix en prenant garde toutefois d’éviter les quelques attrape- touristes principalement localisés autour de la cathédrale.

Que visiter à Séville ?

L’offre culturelle de Séville est telle qu’il est impossible d’être exhaustif. Je n’ai pas forcément pu voir tout ce que j’avais prévu mais voici les essentiels.

La cathédrale de Séville et la Giralda

Impossible de rater la cathédrale de Séville inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco tout comme la Giralda, minaret situé juste à côté et emblème s’il en est de la présence musulmane à Séville.

La cathédrale a été construite entre les 13e et 16e siècle dans le style gothique. La Giralda, son clocher, est le vestige d’une mosquée qui s’élevait au même endroit.

C’est une des plus grandes cathédrales catholiques du monde et la plus grande d’Espagne.

Cathédrale de Séville

Prenez votre temps pour visiter ses 500 000 m2.

La Cathédrale n’est ouverte que 4 à 5h par jour en dehors de juillet et aout et pour éviter les queues je recommande d’acheter son billet en ligne à l’avance.

Heureusement il semble que l’afflux des visiteurs soit bien contrôlé et si les touristes y sont nombreux ça n’est pas oppressant et on a de l’espace pour visiter sans se marcher sur les pieds.

Les visites sont gratuites les lundis…jour à proscrire si vous n’avez pas acheté en ligne et n’avez pas envie de faire 2h de queue.

Cathédrale de Séville
Cathédrale de Séville

Si vous achetez vos billets en ligne vous verrez que diverses visites sont proposées.

Si vous prenez une visite guidée et qu’elle démarre trop tard dans l’après midi pour vous permettre de voir le reste tranquillement, sachez que dans ce cas vous pouvez venir terminer votre visite le lendemain sur présentation de votre billet.

Après avoir pesé le pour et le contre j’ai pris la visite guidée des terrasses.

Un choix que je n’ai pas regretté car il permet d’en savoir beaucoup plus sur la construction de la cathédrale et vous permet de visiter des zones de la cathédrale invisibles par ailleurs.

Cathédrale de Séville
Cathédrale de Séville
Cathédrale de Séville
Cathédrale de Séville

Autre intérêt de cette visite “aérienne”, un point de vue unique sur la Giralda.

Cathédrale de Séville

Je précise pour finir que les escalier empruntés lors de cette visite sont très bien entretenus, rarement trop pentus et au final ne posent de problème à une personne en condition physique moyenne voire inférieure.

Point négatif : à la sortie de la visite j’ai juste eu le temps de voir la cathédrale et pas la Giralda. Le lendemain était mon dernier jour et une fois n’est pas coutume il a plu des trombes d’eau le matin ce qui m’a empêché de finir ma visite. La Giralda ce sera donc pour une prochaine fois et je ne regrette aucunement ce choix bien au contraire.

Si c’était à refaire je réservera mes billets avant de partir pour pouvoir visiter des l’ouverture et ainsi faire une journée quasi pleine sur le site.

Cathédrale de Séville

L’Alcazar

Alcazar

Autre bâtiment emblématique de la ville il est situé juste en face de la cathédrale. Pas une raison pour autant pour enchainer les deux dans la même journée, deux plats de résistance en un seul repas c’est un peu beaucoup. Je conseille donc de les visiter sur deux journées séparées et complétant chaque journée par quelques sites moins “costauds”.

Si la première mouture du bâtiment date du !e siècle, il a été sans cesse agrandi et amélioré jusqu’au XIIIe d’abord par les arabes puis par les rois d’Espagne. Au fil des années de nouvelles salles et de nouveaux jardins virent donc le jour.

Alcazar
Alcazar
Alcazar
Alcazar
Alcazar
Alcazar
Alcazar

Là encore réservation en ligne recommandée pour éviter les queues inutiles. Et ne faites pas la même erreur que moi : prenez le package qui inclut la “royal high room”.

Pour l’anecdote, l’Alcazar a longtemps été la résidence de la famille royale lorsqu’elle séjourne en Andalousie. Désormais elle préfère résider à l’Alfonso XIII.

La Plaza de España

Plaza De España

Si la cathédrale et l’Alcazar sont les sites phares de Séville, mon coup de cœur va à la place d’Espagne ou Plaza de España.

Conçue pour l’Exposition Iberico-Américaine de 1929 tout comme l’Alfonso XIII, sa construction s’est étendue de 1914 à 1928 et elle couvre une superficie de 50 000 m2.

Plaza De España
Plaza De España
Plaza De España
Plaza De España

Les tours à chaque extrémité du palais sont des répliques “miniatures” de la Giralda.

La place quand à elle fait 200m de long et le canal qui la sépare du palais est enjambé par des ponts sont des références aux royaumes de  Castille, d’Aragon, de Navarre et de León.

Plaza De España

 Les bas reliefs de la façade du palais représentent 48 des 50 provinces d’Espagne avec son blason, sa carte, et une mosaïque illustrant un moment de son histoire.

Plaza De España

L’Eglise du Divin Sauveur (Iglesia collegial del Salvador).

Iglesia Collegial Del Salvador

Construite (elle aussi) sur l’emplacement d’une ancienne mosquée, c’est la deuxième plus grande église de la ville après la Cathédrale.

Sa construction s’est étalée de 1674 à 1712.

Iglesia Collegial Del Salvador
Iglesia Collegial Del Salvador

Iglesia Collegial Del Salvador
Iglesia Collegial Del Salvador

L’Hospices des Vénérables (Hospital de Los Venerables)

Hospital de los Venerables

Bâtiment baroque du 17e siècle construit pour servir accueillir des prêtres pauvres à la retraite il héberge aujourd’hui le siège du Centre Velázquez dédié au peintre du même nom.

Le bâtiment est bien entendu visitable en tant que tel.

Hospital de los Venerables
Hospital de los Venerables

Hospital de los Venerables
Hospital de los Venerables

Mais on y trouve aussi une exposition de toiles de Velasquez et d’autres peintres comme Murillo au rez de chaussée. Dans les étages on trouve des expositions d’artistes contemporains.

Hospital de los Venerables
Hospital de los Venerables

Hospital de los Venerables
Hospital de los Venerables

La maison de Pilate (Casa de Pilatos)

Casa de Pilatos

Palais aristocratique construit dans le centre de Séville aux 15e et 16e siècle et incarnation avec l’Alcazar de l’architecture Andalouse.

Casa de Pilatos
Casa de Pilatos

Casa de Pilatos
Casa de Pilatos

Basilique de la Macarena

Basilique de la Macarena

C’est une église catholique construite au milieu du 20e siècle. Elle est située à côté d’une ancienne porte de la ville toujours debout même si les murailles ont depuis disparu, elle aussi appelée depuis lors “Porte de la Macarena”.

Basilique de la Macarena
Basilique de la Macarena

Basilique de la Macarena
Arc de la Macarena

La Plaza de Toros

Plaza de Toros

Ou en d’autres termes les arènes de la ville. Pour beaucoup il s’agit des arènes les plus belles et les plus élégantes d’Espagne.

Les visites se font en tour guidés à heures fixes et j’ai dû passer mon tour en raison d’une incompatibilité horaire avec ma visite de la cathédrale.

La Tour de l’Or (Torre del Oro)

Torre Del Oro

Cette tour d’observation militaire a été construite au XIIIe siècle par les Almoravides, une dynastie berbère.

Après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb elle fut utilisée pour stocker les métaux précieux ramenés du nouveau continent.

Depuis les murailles qui l’entouraient ont été détruites et c’est devenu un musée maritime.

Les archives des Indes (Archivo de Indias)

Archivo de Indias

Les archives sont nées de la volonté de Charles III de réunir en un seul lieu tous les documents relatifs à la colonisation espagnole en Amérique du Sud, probablement avec la volonté d’en profiter pour réécrire l’histoire sous un angle un peu plus flatteur.

Quant au bâtiment qui les héberge il a lui été construit entre 1584 et 1598.

Aujourd’hui on y visite une très belle exposition faite de films et d’objets divers sur la découverte du nouveau monde. A titre personnel si elle est intéressante pour des enfants (elle semble avoir été conçue pour eux) elle est de peu d’intérêt pour un adulte un tant soit peu cultivé, l’intérêt principal de la visite étant le bâtiment lui-même.

Archivo de Indias
Archivo de Indias

Le Musée des Beaux Arts

IMG_0582

C’est la plus importe exposition de tableaux de Séville et une des plus importantes d’Espagne.

On y trouve une impressionnante collection de tableaux d’artistes sévillans mais aussi des toiles de Velazquez, El Greco ou Goya.

Sur présentation de votre pièce d’identité l’entrée est gratuite pour les ressortissants d’un pays de l’Union Européenne.

IMG_0585
IMG_0594

IMG_0595
IMG_0598

Un très joli “petit” musée très agréable à visiter à côté duquel on aurait vraiment tort de passer.

Le Metropol Parasol

Metropol Parasol

Structure en bois très polémique en raison de son esthétisme et de son coût qui a été construite dans le cadre de la réhabilitation de la place de la Encarnación.

Vous ne manquerez pas de passer à côté donc aucune raison de vous déplacer spécifiquement pour la voir.

1 minute suffira pour les photos avant de passer à autre chose.

Couvent Santa Paula

Conviento de Santa Paula

Couvent du 15e siècle trop souvent ignoré par les guides.

Les soeurs sont d’une très grande amabilité et fabriquent, il est utile de le préciser, une excellente confiture.

Attention, le couvent n’est ouvert aux visites que du mardi au dimanche de 10h à 13h.

Ne pas hésiter à sonner car l’endroit est très peu mis en avant.

Conviento de Santa Paula

Conviento de Santa Paula

Vous pouvez également profiter d’être à Séville pour prolonger votre séjour en Espagne vers Cordoue ou Grenade où il y a aussi des choses à voir et à faire.

Quand visiter Séville ?

Pour beaucoup de monde Séville est encore une destination qu’on case pendant les congés d’étés et nous sommes d’avis que c’est une sinistre bêtise.

En été les températures sont très élevées. A titre de comparaison elles sont aussi voire plus hautes qu’à Dubai et personne de sensé ne penserait aller visiter les Emirats à cette saison !

A cette époque la ville sévillanne s’arrête de la fin de la matinée au début de la soirée, le soleil obligé à raser les murs et ça n’est vraiment pas des conditions optimales pour visiter.

A notre avis les meilleures saisons sont l’automne et le printemps, voire l’hiver mais surtout pas l’été.

A titre d’information lors de mon séjour, début novembre, les temparatures oscillaient entre 20 et 26° avec un beau ciel bleu ensoleillé. L’idéal pour visiter.

Combien de temps rester à Séville ?

Il y a des villes et mêmes des capitales européennes que l’on peut “expédier” le temps d’un week-end. Séville n’est pas de celles-là. Une fois qu’on connait on peut bien sûr y retourner pour un court séjour mais pour une première découverte un séjour plus long s’impose.

A mon sens un minimum de 3 jours sur place est nécessaire, 4 étant ce que nous recommandons.

Comme suggéré plus haut vous pouvez également envisager de prolonger sur Cordoue et Grenade, voire Malaga si vous tenez vraiment à terminer en mode “plage et farniente” et, là prévoir une dizaine de jours.

Quelle ambiance à Séville ?

C’est certainement un des facteurs les plus importants. A quoi bon avoir un climat favorable et des sites à visiter si on ne se sent pas bien sur place.

Séville est, on l’a dit, une ville où il fait bon marcher et flâner. On est en Espagne : les bars et restaurants sont nombreux, vivants, accueillants.

La population locale est qui plus est d’une très grande amabilité. L’ambiance est détendue, les gens ne vous regardent pas de haut ni ne traitent le touriste….comme un touriste.

Séville est donc une ville agréable à vivre où il faut absolument aller pour motifs culturels mais où on a aussi plaisir à retourner simplement pour se détendre et profiter du climat.

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,327FansJ'aime
676SuiveursSuivre
1,291SuiveursSuivre
128AbonnésS'abonner

Articles récents

Abonnez vous à notre newsletter

 

 

Recevez nos news, nos analyses, nos trucs et astuces et devenez incollable sur le monde du voyage

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Au revoir !

On est désolés de vous voir partir et vous allez nous manquer ! mais vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdomadaire pour suivre notre actualité et rester incollable sur le monde du voyage !

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les coordonnées de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Merci de votre confiance !

Et à très bientôt sur TravelGuys.