Bordeaux-Paris en Economy sur Air France : bordelique

Il est malheureusement temps de regagner Paris et comme à l’aller le trajet se fera sur Air France en Economy. Si le vol aller n’avait rien d’exceptionnel le retour ne laissera pas non plus un souvenir impérissable.

Pour rappel les articles liés à ce voyage :

TypeArticle
#1VolParis-Bordeaux, Air France, Economy
#2HotelRenaissance Bordeaux – Chambre Gallery
#3RestaurantLe Pressoir d’Argent. – Gordon Ramsay
#4VolBordeaux-Paris, Air France, Economy

Parcours au sol et embarquement

Nous arrivons en Uber depuis notre hôtel avec une avance assez large. Le vol d’Olivier pour Londres et mon vol pour Paris partent à peu près à la même heure, c’est pratique. On se quitte à l’entrée du terminal vu que mon vol part du Hall B et le sien du hall A.

Il y a du monde à l’enregistrement mais je n’ai que des bagages à main et la file Sky Priority me tend les bras.

IMG_4016

Sauf que …

IMG_4018

Le terminal est en effet fermé en raison de travaux et je file donc retrouver Olivier au hall A.

La file d’attente est importante vue que c’est de là que partent tous les vols ce jour (hors EasyJet et RayanAir) mais s’agissant principalement d’une clientèle loisir la file prioritaire est totalement vide.

IMG_4019

Je passe très rapidement les contrôles de sécurité et quand je me retourne je me dis que tout le monde ne peut pas en dire autant. C’est vraiment très chargé.

IMG_4020

Il y a peu de dégagements ce qui crée une forte densité de population à la sortie des contrôles, d’autant plus qu’il y a une boutique à peine 2 mètres en face.

Pas de salon Air France vu qu’il est au Hall B mais il existe un salon au Hall A qui accepte les passagers élite des compagnies utilisant ce hall. Olivier m’y attend (il voyage sur British Airways) mais je ne sais pas si un deal a été passé avec Air France pour cette situation provisoire. De toute manière le salon accepte les membres Priority Pass donc pas de soucis pour moi (aujourd’hui je ne le vois plus mentionné sur l’application priority pass). Au final j’apprendrais qu’il accepte bien les passagers Air France.

IMG_4034

Le salon Hall A à Bordeaux Merignac

Sans être spécialement joli on dira qu’il est “clean” et aéré.

IMG_4026

Après ça fait un peu salle d’attente, ça manque de variété dans les configurations des espaces même s’il y a quelques tables.

IMG_4025

L’offre de boissons comporte les basiques, sans plus. Pas d’alcool à mon souvenir.

IMG_4024

Quant à l’offre de restauration elle est des plus minimalistes.

IMG_4023
Point positif il donne sur le tarmac au travers de grandes baies vitrées, ce qui le rend également très lumineux.
IMG_4032

Mais quel dommage que sa mini terrasse ne soit pas accessible.

IMG_4029

Notre vol est toujours annoncé à l’heure mais flight radar n’est pas d’accord vu que le vol entrant lui est encore en l’air et bien en retard.

IMG_4027

Je ne vois pas trop comment on va pouvoir partir à 14h35.

L’avion arrive finalement à 14h15 et aucun retard n’est affiché. Je finis par me rendre en salle d’embarquement à 14h20.

L’embarquement

La porte est bondée : l’endroit n’est visiblement pas fait pour contenir tout un A320.

IMG_4037

A 14h25 on appelle les familles pour un pré-embarquement alors que le débarquement n’est pas encore terminé. Il se terminera à 14h32. On nous annonce un départ entre 14h50 et 15h. J’ai des doutes.

Les familles appelées pour le pré-embarquement s’avancent dans le couloir vers l’appareil et quelques minutes après on appelle les passagers Skypriority.

Des escaliers…comme c’est pratique pour les gens qui ont des bagages cabine !

IMG_4040

Dernier virage avant la porte de l’appareil et là, Ô surprise, c’est l’embouteillage ! Prévisible vu l’heure de fin de débarquement, l’embarquement a été lancé alors que la cabine n’était pas prête !

IMG_4042

Pour le coup on ne partira certainement pas à 15h. J’aimerais qu’on m’explique un jour pourquoi on n’annonce pas les retards plus tôt quand on sait que l’appareil n’arrivera sur la plateforme qu’avec un gros retard et pourquoi on annonce des heures de départ aussi fantaisistes alors que n’importe qui peut deviner qu’il est impossible de faire partir un A320 plein 20 minutes après que le dernier passager ait débarqué. Et ça n’est pas la première fois que ça arrive, pas uniquement sur Air France mais un peu quand même.

On entre enfin dans la cabine dans le plus grand désordre. Les familles n’ayant pu embarquer en avance, ça bouchonne allègrement dans l’allée… ni fait ni à faire.

Je finis par arriver tant bien que mal à mon siège.

La cabine de l’A320 Air France

Là aussi on retrouve un produit connu mais autant j’aime beaucoup la cabine que j’avais eu à l’aller autant ce modèle me plait beaucoup moins.

IMG_4044

L’espace pour les jambes est correct.

IMG_4045

La tablette est tellement petite qu’on y fait à peine tenir un iPad…

IMG_4048

Le siège n’est vraiment pas large et mon voisin, assez corpulent, déborde de l’accoudoir.

Heureusement qu’il y a du wifi et des ports USB.

IMG_4047

Quant au tissu du siège je ne vous surprendrai pas en vous disant qu’il est infiniment moins confortable que celui de l’aller et que le siège lui-même fait un peu “tape cul”.

16h17 il est temps de partir avec 40 minutes de retard sur l’horaire théorique.

Le vol et le service

On s’apprête à repousser mais un EasyJet nous grille la politesse.

IMG_4049

Tiens, le British Airways d’Olivier repousse au même moment. Je ne suis pas le seul a avoir pris du retard.

IMG_4050

Finalement on lui passera devant et on s’aligne sur la piste pour décoller.

IMG_4052

Alors qu’on s’élance, le vol d’Olivier n’a toujours pas bougé et semble même orienté dans la mauvaise direction.

IMG_4053

Décollage plein sud et boucle pour revenir direction nord, l’occasion d’admirer l’estuaire de la Gironde.

IMG_4056

Le service commence… gateau et verre d’eau plate faute d’eau pétillante.

IMG_4057

Heureusement que le vol est court car on est vraiment serrés…

IMG_4058

Heureusement au bout d’une bonne demi-heure la chef de cabine annonce la fin prochaine de notre supplice : on commence notre descente.

Atterrissage et arrivée à Roissy

Vu la vitesse de la descente je me dis qu’on va avoir le droit à une boucle pour se poser face à l’ouest. Impression confirmée quand je vois à quelle altitude on est lorsqu’on survole Le Bourget.

IMG_4059

On nous annonce un atterrissage à 16h13 et une arrivée au parking à 16h20. On aura donc repris 10 minutes sur notre retard, pas plus.

On survole Roissy…

IMG_4060

Et comme prévu nous poursuivons vers l’est avant de faire une boucle pour revenir vers l’aéroport.

Atterrissage sans encombre et un roulage qui donne l’occasion de faire un coucou au Concorde.

IMG_4061

Nous arrivons enfin au 2F et nous stationnons à côté d’un petit frère …

IMG_4062

Fin de l’histoire ? Et bien non. Personne n’est là pour manipuler la passerelle…on patientera donc 10 minutes de plus avant de pouvoir débarquer.

On débarque enfin et au détour d’un couloir je vois l’ancien salon Air France en train de se préparer pour sa future utilisation.

IMG_4063

Voilà c’est fini et c’est tant mieux.

Le personnel

Au sol : peu communicant, pas vraiment organisé et communiquant des horaires de départ assez peu réalistes…après avoir mis une éternité à annoncer qu’on serait en retard.

En vol : un petit passage et s’en va. A peine un sourire.

Conclusion

Un vol assez chaotique. Pas en raison du retard : ça arrive et le personnel à l’escale le subit autant que les passagers. Mais un vrai problème de communication et d’exactitude dans la communication.

Cabine à la limite du confortable, prestation minimaliste servie à bord. Heureusement que le vol ne durait qu’une heure.

Bordeaux-Paris sur Air France en Economy

Enregistrement
Embarquement
Cabine : siège
Cabine : propreté
Divertissement en vol
Nourriture : goût
Nourriture : recherche
Nourriture : présentation
Nourriture : choix
Personnel :Service
Personnel : disponibilité, amabilité
Débarquement
Lounges / service et expérience au sol
Ponctualité
Rapport Expérience/prix

Bordelique

Vol en retard, annonces irréalistes, cabine inconfortable et service minimaliste.

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansLike
889FollowersFollow
1,279FollowersFollow
316SubscribersSubscribe

Articles récents