fbpx

Lufthansa et Swiss comptent sur Wilma pour vous faire embarquer plus rapidement

Tout le monde desteste l’embarquement d’un vol. C’est long, confus et une fois qu’on pénètre dans l’appareil c’est encore pire et plus confus. Mais Lufthansa et Swiss ont trouvé une méthode qui devrait tout arranger.

L’embarquement : l’enfer du passager

Qui prend plaisir à attendre une éternité en salle d’embarquement pour ensuite se mettre gentiment en file indienne à l’approche de l’heure prévue pour embarquer pour entendre qu’on embarquera avec un peu de retard, puis voir les passagers business, elite etc embarquer en priorité avant qu’on ouvre les vannes pour laisser embarquer “le reste” des passagers…c’est à dire 80% du monde.

Et ensuite…c’est l’enfer. Ca rentre en vrac, ceux qui essaient de progresser vers l’arrière attendent que ceux qui les précèdent mais sont assis devant eux rangent tranquillement leurs affaires dans les coffres sans se soucier du monde qui attend derrière (vous connaissez…le livreur en double file dans une petite rue qui n’a rien à faire de vous…et bien là c’est pareil).

Ajoutons le fait de faire lever et deplacer, lorsqu’on est en hublot, les 2 personnes qui vous séparent de l’allée pour s’installer…tout cela répété rang par rang dans le désordre le plus absolu est le cauchemar de tout passager, et encore plus quand il voyage en famille.

L’embarquement, le cauchemar des compagnies

Mais vous croyez que les compagnies aériennes s’amusent à faire souffrir le passager en se disant “on a des procédures obsolètes mais on s’en moque c’est le passager qui trinque” vous vous trompez.

Un embarquement qui prend du temps c’est un risque de retard et un retard ça coûte cher. Il se dit aussi qu’un avion au sol coûte $1000 dollars à la minute à la compagnie. Alors autant éviter les départs tardifs pour embarquement en mode escargot.

Pour faire embarquer un vol le plus vite possible les compagnies ont tout essayé comme le montre cet ancien article de Slate, étude scientifique à l’appui. Conclusion : aucune méthode ne fonctionne vraiment d’un point de vue scientifique à part une qui est pratiquement irréaliste.

Lufthansa et Swiss visent des embarquements 35% plus rapides.

A partir de novembre prochain, Lufthansa et Swiss vont désormais totalement repenser leur procédure d’embarquement en utilisant la méthode dite WILMA pour Window-Middle-Aisle (on se demande d’où vient le L) ou hublot-milieu-couloir en français.

Embarqueront donc en premier les passagers qui sont assis aux hublots, puis ceux des sièges du milieu puis ceux assis côté couloir. On voit bien les bénéfices d’une telle approche puisqu’elle devrait limiter au maximum la gène occasionnée par les embouteillages dus au fait d’une personne ne puisse accéder à sa place sans faire lever des passagers déjà installés.

Gain de temps espéré ? 35% !

Trop d’exceptions pour que cela fonctionne.

Mais comme tout règle celle-ci a ses exceptions qui sont à mon avis trop nombreuses pour que la promesse soit tenue.

Les passagers first, business et les statuts “Star Alliance Gold” vont logiquement continuer à embarquer prioritairement.

Ca n’est pas un problème pour les deux premières catégories qui sont dans des cabines où on met moins de passagers dans la largeur et qui ne ralentiront pas trop le process.

Par contre les passagers Gold peuvent très bien être assis n’importe où dans la cabine économie donc, selon leur nombre, contribuer à recréer le problème qu’on cherche à résoudre même si c’est dans des proportions moindres.

• Les familles avec enfants et personnes voyageant à plusieurs pourront également embarquer ensemble.

Voilà la faiblesse du dispositif. Va pour les familles mais si on compte toutes les “personnes voyageant ensemble” c’est à dire, si ma compréhension est bonne, à partir de deux personnes c’est à mon avis bien 30% des passagers qui sont concernés. Peut être 50 à 75% en période de vacances alors que c’est justement à cette époque de l’année qu’il est encore plus important d’avoir des embarquements efficaces.

Une exception logique du simple point de vue du bon sens, mais une exception aux proportions à mon avis trop importantes pour que système porte ses fruits.

Photo : embarquement Lufthansa De Cineberg via Shutterstock.

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
493FansJ'aime
1,234SuiveursSuivre
63AbonnésS'abonner

Articles récents

Abonnez vous à notre newsletter

 

 

Recevez nos news, nos analyses, nos trucs et astuces et devenez incollable sur le monde du voyage

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Au revoir !

On est désolés de vous voir partir et vous allez nous manquer ! mais vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdomadaire pour suivre notre actualité et rester incollable sur le monde du voyage !

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Merci de votre confiance !

Et à très bientôt sur TravelGuys.