Personnel de bord payé pendant l’embarquement : et si Delta avait ouvert la boite de Pandore ?

Delta Airlines a récemment annoncé que la compagnie allait payer ses agents de bord pendant la phase d’embarquement. Une décision qui risque de faire jurisprudence, au grand dam de ses concurrentes.

Payer le personnel de bord pendant l’embarquement ?

Si cela peut en surprendre beaucoup qui pensent que le métier de PNC (Personnel Navigant Commercial, le vrai mot à utiliser à la place de hôtesses et stewarts) est un job qui permet de découvrir le monde sans trop d’effort sachez qu’il ne s’agit en aucun cas d’un job de tout repos et que par certains aspects il est tout sauf rose.

Donc si vous l’ignoriez, sachez que la norme dans le secteur est que le personnel de bord n’est pas payé pendant l’embarquement. Il est payé “bloc à bloc” donc du moment où la porte de l’appareil est fermée jusqu’au moment où on la rouvre à destination.

Pourquoi ? Parce qu’on a toujours considéré, à tort où à raison, que c’est une phase pendant laquelle il est passif. Je vous laisse réfléchir à la pertinence d’une telle approche, on en reparlera une autre fois.

Mais, l’air de rien, tout le monde s’en accommodait très bien jusque récemment.

Pourquoi Delta va payer son personnel pendant l’embarquement ?

Le revirement de Delta vient au départ d’une considération très opérationnelle : pour que les vols partent davantage à l’heure il faut augmenter la durée de l’embarquement.

Une idée qui a du sens sauf pour les navigants qui, vous le devinez, voient d’un mauvais oeil l’augmentation du temps où ils sont effectivement présents mais non payés car supposés non actifs.

C’est dans ce contexte qu’un syndicat, L’Association of Flight Attendants, essaie de mobiliser les salariés de Delta pour les pousser à se syndicaliser. Il représente aujourd’hui 80% des salariés de  American, United et Southwest mais n’est quasiment pas implanté chez Delta, compagnie qui a toujours réussi à éviter l’implantation des syndicats.

C’est ainsi pour couper l’herbe sous le pied des syndicats que Delta a annoncé qu’à compter du 2 juin son personnel sera payé 50% du taux horaire normal pendant la phase d’embarquement même si le syndicat s’attribue la paternité de cette avancée.

Une décision qui fait tâche d’huile ?

Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres chez les concurrents.

Chez United d’abord où le syndicat en question n’a jamais réussi à obtenir ce que Delta a donné aux salariés…sans syndicat. Idem chez Southwest et American.

Maintenant la pression va être forte sur les concurrentes de Delta pour que les pratiques s’alignent. Vont elles-suivre ?

Il y aura certainement des arbitrages structurants à opérer dans la mesure où l’impact sur les coûts sera tout sauf négligeable, surtout sur le moyen courrier.

Un coup gagnant pour Delta ?

Pour Delta la mesure sera loin d’être neutre d’un point de vue financier mais il semble que le prix à payer soit acceptable par rapport à la situation.

Déjà parce qu’elle espère ainsi mettre un frein à la campagne de syndicalisation qui a lieu en son sein. Le message est clair : “vous n’avez pas besoin de syndicats, les compagnies où ils sont présents n’ont jamais vu une telle avancée sociale….”.

Ensuite parce que le secteur souffre de réels problèmes de recrutement. Pas aussi aidées que les compagnies européennes (mais en capacité d’opérer une faible partie de leur réseau intérieur alors que les cieux européens étaient totalement fermés), les compagnies américaines ont largement dégraissé, comme à leur habitude en cas de crise). Et, Delta ne fait pas exception à la règle, elles n’arrivent pas à recruter suffisamment alors que le trafic, lui, revient à des niveaux pré-pandémiques.

Dans ce contexte tout est bon pour attirer les candidats…ou empêcher ses équipages d’aller voir la concurrence.

Mais il s’agit tout de même d’un changement majeur dans le modèle économique du vol, le tout dans un contexte déjà largement inflationniste. Quel impact sur le prix du billet ? Sur la performance économique de la compagnie ? On ne mettre pas longtemps à être fixés.

Et rien ne dit qu’inconsciemment les salariés n’associent pas inconsciemment cette décision avec la volonté d’un syndicat de s’implanter, dynamisant ainsi la campagne d’adhésion…aux antipodes avec les objectifs poursuivis.

Conclusion

Pour contrer la tentative d’implantation d’un syndicat et redevenir attractive, Delta va désormais payer ses agents de bord pendant l’embarquement, cas rare dans le secteur.

On attend désormais de voir si la concurrence s’aligne et quel sera le coût de cette décision, surtout s’il rest répercuté sur le prix du billet.

Image : PNC de ESB Professional via Shutterstock

Bertrand Duperrin
Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a cofondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansLike
864FollowersFollow
1,286FollowersFollow
310SubscribersSubscribe

Articles récents