Vols, Hôtels : La bulle premium post-COVID est en train de se terminer

Comme vous le savez, le voyage est notre passion chez TravelGuys.

Aussi, nous monitorons en permanence les prix vers nos destinations de prédilection, mais aussi à partir de nos origines de prédilection. Et ceci, pour anticiper nos prochaines vacances ou nos prochains déplacements professionnels.

Et le constat est clair : la folie haussière des prix dans l’aérien et dans l’hôtellerie est en train de se terminer. Plusieurs indices concordants nous permettent d’arriver à cette conclusion.

Des tarifs aériens en baisse, en Business et en First.

Nous avons beaucoup écrit sur ce blog pendant la crise du COVID pour relater les difficultés des compagnies aériennes et de l’industrie hôtelière durant cette crise sans précédent dans notre monde moderne.

Après cette crise du COVID-19, le constat a été clair : le grand public avait une envie irrépressible de voyage, comme pour rattraper le temps perdu dans ces deux années de vache maigre. Cela s’est traduit par une explosion de la demande, et en tout cas, au départ, dans les classes premium, c’est-à-dire à l’avant de l’avion. Pour deux raisons : les raisons sanitaires, puisque la densité de siège à l’avant de l’avion est moindre qu’elle arrière, mais également parce que pendant deux ans, le grand public et eu le temps d’épargner et donc de s’offrir des voyages peut-être plus coûteux.

Cette explosion de la demande a fait s’envoler les tarifs aériens vers les grandes destinations européennes, américaines et dans une moindre mesure asiatiques. Ce qui engendre des délires, comme l’impossibilité de trouver un billet en Business entre l’Europe et les États-Unis sur une compagnie major à moins de 3000 ou 4000 €. Y compris des mois à l’avance. Est-ce le vrai prix ? J’en doute ! Car non seulement les prix sont élevés, mais le service n’est pas tout à fait revenu aux standards pré-COVID, en tout cas pas partout. On n’en a profité pour faire passer des coupes budgétaires et réduire le coût des opérations en supprimant certains gestes de service par exemple, bref, le rapport qualité-prix de l’aérien s’était effondré.

Mais ces derniers jours, les choses commencent à changer : il est désormais possible, en cherchant bien comme il faut comme nous savons le faire chez TravelGuys, de trouver des tarifs très intéressants y compris en haute saison en classe Business et First.

Il y a certes, les points d’origine historiquement bon marché que nous connaissons, comme Tunis, Budapest ou Goteborg, mais les points d’origine plus premium comme Paris Charles-de-Gaulle ne sont pas en reste.

Par exemple, pour cet été, il est possible de trouver des allers-retours en business classe depuis Paris Charles-de-Gaulle, vers les États-Unis à partir de 1700 cents euros par exemple vers New York ou à partir de 2000 € par exemple vers Boston. Même Air France est obligé de s’aligner, signe de la faiblesse des remplissages !

Tout l’été, New-York est accessible depuis Paris en classe Business autour de 1700€ l’aller-retour

Depuis des points d’origine plus favorables, ce montant tombe à 1400 €.

Bangkok est à 1750 € depuis Göteborg

Vers l’Asie également, on trouve des billets depuis Tunis vers Bangkok autour de 970 € en classe business, et depuis Budapest vers Bangkok, autour de 1400 € en classe business, et ceux sur des compagnies premium telles que Swiss.

C’est Saudia qui casse les prix avec un Bangkok à moins de 1000 € en Business depuis Tunis (mais si vous arrivez à l’émettre, faites-moi signe

C’est donc un indice que le remplissage à l’avant est plus compliqué qu’il y a quelques semaines.

Les tarifs en nette baisse dans l’hôtellerie, surtout aux États-Unis

Dans la période post-COVID, la gabegie était encore plus importante dans le secteur de l’hôtellerie, avec des prix totalement délirants dans les grandes villes européennes comme Paris, Madrid, Rome, Barcelone ou Milan. Ceci a engendré des aberrations comme l’impossibilité de trouver une chambre d’hôtel décente à moins de 500/600€ la nuit à Paris au deuxième semestre 2022.

New-York en soldes cet été chez Marriott Bonvoy !

Mais les choses sont en train de changer. Et cela commence d’abord par les États-Unis, de là où partent toutes les tendances économiques. Aussi, une simple recherche vous permettra de constater que la plupart des villes américaines sont accessibles entre 200€ et 300€ la nuit en plein été 2023, ce qui était totalement impossible en plein été 2022 ou l’on était plutôt autour de 500€ la nuit.

Idem pour Miami, avec des prix rarement vus

Conclusion

La bulle post-COVID est clairement en train de se terminer, et c’est pour notre plus grand bonheur. Enfin des tarifs décents, et correspondant à la réalité du service.

Olivier Delestre-Levai
Olivier Delestre-Levai
Olivier est sur la blogosphère du transport aérien depuis 2010. D'abord contributeur majeur du forum FlyerTalk, il crée en juillet 2012 le site FlyerPlan, et rédige des articles à l'écho majeur chez les spécialistes de l'aérien. Il co-dirige désormais le blog TravelGuys avec Bertrand, en se focalisant sur l'expérience de voyage et les programmes de fidélité. Et bien sûr, tous vos articles préférés de FlyerPlan sont désormais sur TravelGuys !
1,324FansJ'aime
934SuiveursSuivre
1,272SuiveursSuivre
350AbonnésS'abonner

Articles populaires

Articles récents