Le bug du pass sanitaire dans l’hôtellerie en France

Cela fait désormais quasiment deux mois que le pass sanitaire est en place en France et si on ne peut nier qu’il a eu un effet plus qu’incitatif sur les vaccinations dont on espère qu’elles nous éviteront de revivre certains épisodes douloureux, notre expérience montre que sa mise en œuvre n’a peut être pas été pensée pour tous les acteurs du tourisme.

Un contrôle qui n’est pas simple mais qui se passe bien

Ne tombons pas dans l’angélisme : le contrôle du pass sanitaire n’est pas indolore pour les professionnels du tourisme.

Si la multitude des points de contrôles et la logique d’entonnoir des aéroports rend la chose assez simple dans l’aérien (pourvu que les compagnies jouent le jeu) ça n’est pas la même chose partout.

Pour le train le contrôle dans les TGV est plus qu’aléatoire. A partir du moment où on ne veut pas imposer cette tache aux contrôleurs et où il faut donc un personnel spécifique pour procéder au contrôle du pass le dispositif n’est pas « scalable ». On contrôle donc de manière aléatoire. Est-ce l’idéal ? Bien sur que non. Est-il possible de faire autrement ? A moins de transformer les gares en aéroports avec les mêmes contraintes (et coûts associés) je ne le pense pas. Mais d’un point de vue sanitaire c’est d’autant plus regrettable que les trains ne sont pas équipés de filtres HEPA comme les avions (qui prélèvent eux aussi l’air extérieur contrairement à ce que prétendait le PDG de la SNCF sans qu’on sache s’il était mal informé ou voulait désinformer).

Dans les bars et restaurants on ne reviendra pas sur le rôle ingrat mais nécessaire que cela fait endosser aux professionnels mais on s’attardera sur la dimension logistique. S’il est « facile » de contrôler toutes les personnes qui se présentent à la porte d’un établissement, la chose était beaucoup moins aisée en été avec les terrasses qui présentent une infinité de points d’entrée et où il est compliqué de voir en permanence qui vient de s’installer.

Mais le pire reste à venir : les hôtels.

L’hôtellerie : le cumul des cas d’application du pass

Il y a de nombreux cas d’application du pass sanitaire, liés à des métiers et contextes spécifiques. Le problème avec l’hôtellerie c’est qu’elle en cumule plusieurs ce qui peut rendre les choses infernales dans les grands établissements mais aussi dans de plus petits.

Un hôtel en tant que tel n’est pas soumis au pass sanitaire. On y entre comme on veut à condition de porter un masque et respecter les gestes barrières (qui n’ont rien à voir avec les hôtels du même nom).

Jusque là tout va bien.

Un hôtel a parfois un ou plusieurs bars et un ou plusieurs restaurants. Là le pass s’applique. Simple me direz vous ? Oui et non. Cela fait autant de point d’entrée pour les clients qu’il faut contrôler, donc plus compliqué qu’un simple restaurant avec un seul point d’entrée ou que si on contrôlait une fois pour toute à l’entrée de l’établissement. Et cela mobilise logiquement plus de personnel.

Parfois le bar peut être un espace ouvert dans le lobby et là les choses deviennent intéressantes. Une personne qui s’installe dans le lobby n’est pas soumise au pass. Cela qui s’installe a 2 mètre de lui au bar oui. Parfois on trouve d’ailleurs de grands « espaces de vie » ou se cotoient personnes qui consomment au bar et personnes qui s’installent pour attendre, pour travailler, pour discuter. Pour les uns pass et pas de masque, pour les autres pas de pass et masque ?

J’ai ainsi assisté à des situation ubuesques ou deux personnes assises côte à côte n’étaient pas soumises au même régime. Aurait il fallu contrôler toutes les personnes assises autour du bar dans le lobby pour simplifier les choses ? Pas possible d’un point de vue légal à mon avis, certains client pouvant faire valoir qu’ils ne sont pas au bar et pas clients de ce dernier et imposer un régime unique voudrait dire contrôler toutes les personnes rentrant dans l’hôtel, ce qui n’est pas prévu par la loi.

Anecdotique ? Pas, croyez moi, quand vous avez une voire deux personnes qui se retrouvent face à plusieurs dizaines de clients et ne savent plus gérer les uns et les autres.

Exemple concret : je prend un verre au bar et le consomme à une table située dans l' »open space du lobby ». Je discute avec un client de l’hôtel qui n’est pas en train de consommer et donc n’est pas client du bar. Je suis contrôlé et enlève mon masque. Pas lui. Imaginez la chose à grande échelle avec des clients pas forcément coopératifs et vous comprendrez.

Et je passe le client qui quitte le bar, traverse le lobby et va au restaurant. Contrôle puis zone non contrôlée puis re-contrôle. Là encore avec un peu de compréhension tout va bien. Mais avec des si…

Fallait il imposer le pass sanitaire dans les hôtels ?

Pour en avoir parlé avec certains professionnels, cette situation « entre deux » n’est pas agréable pour de nombre d’entres eux en raison de la complication et des incertitudes qu’elle crée. Notamment au début.

Y avait il pour autant moyen de faire plus simple ? A part imposer le pass dans les hôtels une fois pour toutes dès l’entrée je ne vois pas.

Etait-ce possible ? On imagine sans grand problème les craintes que cela engendré dans un secteur qui avait déjà beaucoup souffert et ne se voyait pas refuser des clients.

Mais n’en allait-il pas de même pour les autres acteurs du tourisme ? On peut penser que s’il est évident que s’installer pour consommer crée un risque, une personne qui ne fait qu’utiliser une chambre sans aller au bar ou au restaurant présente un risque largement moindre donc que le « bon sens » dictait de laisser l’accès à l’hôtel à tous et soumettre l’accès à certaines zones aux titulaires du pass.

D’un autre côté on peut se dire qu’une personne qui voyage aura bien du mal de se rendre sur son lieu de destination sans pass et que personne ne se risquerait à s’éloigner de chez soi en sachant qu’il sera quasiment impossible de se restaurer pendant la durée du séjour (quoiqu’il reste le room service).

Même si cela crée des complications c’est certainement la moins mauvaise des solutions qui a été choisie, même si on espère pour le secteur qu’à l’instar de ce qu’on voit dans des pays pas si éloignés de chez nous (Danemark, Suède…) les restrictions ne soient bientôt qu’un lointain souvenir.

Image : mesures sanitaires dans un hôtel Par Space_Cat via Shutterstock

Bertrand Duperrinhttp://www.duperrin.com
Voyageur compulsif, présent dans la communauté #avgeek française depuis la fin des années 2000 et passionné de (longs) voyage depuis sa jeunesse, Bertrand Duperrin a confondé Travel Guys avec Olivier Delestre en mars 2015. On peut le retrouver aussi aussi sur http://www.duperrin.com où il parle depuis plus de 10 ans de la transformation digitale des organisations, son métier quand il est au sol.
1,324FansJ'aime
676SuiveursSuivre
1,279SuiveursSuivre
192AbonnésS'abonner

Articles récents

Abonnez vous à notre newsletter

 

 

Recevez nos news, nos analyses, nos trucs et astuces et devenez incollable sur le monde du voyage

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les cooredonnéese de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Au revoir !

On est désolés de vous voir partir et vous allez nous manquer ! mais vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdomadaire pour suivre notre actualité et rester incollable sur le monde du voyage !

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de TravelGuys.

 

TravelGuys ne communiquera jamais les coordonnées de ses abonnés à des fins publicitaires ni ne vous enverra de publicité.

Merci de votre confiance !

Et à très bientôt sur TravelGuys.