La période d’été est synonyme de départs et de retours de vacances, d’aéroports chargés et d’enfants qui voyagent. Si la destination est synonyme de chaleur et de repos, le voyage est pour beaucoup synonyme de stress, que l’on soit en voiture, en bus, en train ou en avion.

Quelle que soit votre situation, il existe pourtant de nombreuses solutions pour se faciliter la vie. Passage en revue des solutions dans le transport aérien.

Voyager léger

Le titre parle de lui-même : minimisez la taille et le poids de vos bagages. Plus facile à dire qu’à faire ? Pas vraiment, encore suffit-il d’être organisé.

SI vous partez une semaine, une valise cabine suffit du moment que l’on s’organise un peu à l’avance sur les tenues à mettre pendant le séjour. N’oubliez pas que, sur place, vous pourrez toujours laver vos vêtements, soit de manière empirique (au lavabo) soit avec une machine à laver dans une maison de vacances, ou encore avec les services de blanchisserie au sein ou à l’extérieur des hôtels (si vous partez en Asie, c’est vraiment bon marché). Cela vous évitera de stresser dans la file d’attente de l’enregistrement à l’aéroport ou de voyager avec des bagages trop gros pour rentrer dans les coffres, au risque de vous les faire « saisir » à l’embarquement. Notez que même les compagnies low-cost ont assoupli leur politique d’emport de bagages en cabine, n’utilisant plus vraiment les dimensions standard (cela ralentissait trop les embarquements).

Si vous souhaitez néanmoins enregistrer un bagage en soute, pensez à arriver bien en avance, voir à déposer votre bagage la veille. De nombreuses compagnies proposent ce service, notamment Air France.

Autre point, si vous embarquez parmi les derniers, n’oubliez pas de prendre un sac supplémentaire pour mettre vos effets de valeurs, au cas où votre bagage devait être mis en soute pour cause de coffre pleins.

S’offrir un accès prioritaire ou un surclassement

OK, vous allez me dire que vous avez déjà payé votre billet un bras parce que vous partez pendant les vacances et vous aurez raison. C’est bien pour cel que j’évite personnellement de partir pendant cette période, mais mon employeur m’oblige généralement à faire un break pendant l’été.

Si vous voyagez sur une compagnie à bas coût, celles-ci proposent, généralement, d’ajouter le parcours prioritaire à votre billet pour une somme modique, autour de 10 €. Croyez-moi, pendant l’été, c’est un coût très très faible eu égard au gain de temps (et de sérénité…) que cela procure : réduire l’attente à l’enregistrement, à l’immigration, à la sécurité et embarquer parmi les premiers pour s’assurer que le bagage va rentrer dans les coffres me semble absolument indispensable.

Si vous avez quelques euros de côté et que vous souhaitez vous faire plaisir, la plupart des low-cost et des legacy ont une classe Premium ou Business, permettant de profiter de snacks gratuits, du parcours prioritaire et d’accès au salon Business, pour un voyage sans stress. Notez que cela vous permettra notamment d’avoir une franchise bagage plus importante et de transporter deux bagages en cabine : le bénéfice va donc bien au delà du confort à bord (d’autant qu’il est souvent assez limité).

Prendre des marges de sécurité

Ne pas prévoir, c’est déjà gémir. Eh oui, l’été vous n’êtes pas les seuls à voyager. Arriver en avance est donc indispensable, surtout s’il on a beaucoup de bagages ou que l’on voyage loin ou en famille. Cela veut dire prendre des marges importantes en cas de multi-modalité : transports en commun, taxi, tout peut être retardé ou surchargé.

Cela veut dire concrètement, arriver au moins 2h en avance pour un vol moyen-courrier et 3h en avance pour un vol long-courrier si l’on ne possède pas de priorité particulière.

Eviter les combinaisons hasardeuses

C’est l’écueil de notre époque : tout étant réservable en ligne, certaines personnes pensent pouvoir faire des économies en faisant du self-connect, c’est à dire en achetant des billets séparés permettant d’effectuer des correspondances.

C’est plutôt malin sauf que :

  • Il est très rare qu’une compagnie accepte d’enregistrer un bagage de bout en bout sur un ou plusieurs billets séparés, même sur la même alliance voir sur la même compagnie ! Les compagnies européennes et américaines sont les plus réticentes, les compagnies asiatiques les plus arrangeantes. Si vous prenez une low-cost, n’y pensez même pas,
  • Que se passe-t-il si vous ratez une correspondance ? Vous n’aurez que vos yeux pour pleurer ! Non seulement aucune compagnie ne vous fournira d’assistance, mais vous en serez de votre poche pour racheter un billet, puisque vous êtes « no show » sur le vol. Cela peut chiffrer à plusieurs centaines d’euros par personne, et l’on parle de classe économique.

Notre conseil : ne prenez aucun risque : si vous organisez vous-même votre correspondance, prenez des marges importantes, au moins 2,5x supérieures au MCT (Minimum Connection Time) de l’aéroport, sachant que celui-ci est souvent de 90 ou 120 minutes dans les grands aéroports. Ou, encore mieux, achetez un billet permettant de voyager de bout en bout (attention, il doit s’agir du même numéro de billet, et non du même numéro de réservation. Le contrat n’est pas porté par le numéro de réservation).

Rester calme

Il s’agit du conseil ultime. Il n’y a rien que vous puissiez faire contre un retard. En revanche, n’attendez pas que l’information ou l’assistance vous tombe dessus. Si vous voyagez avec des grandes compagnies, elles ont toutes des sites internet et des mécanismes de servicing via Facebook ou Twitter. Utilisez-les pour être rebookés et recevoir de l’assistance au lieu de faire la queue pendant des heures.
Et n’oubliez pas, le personnel n’y est pas pour grand chose, alors restez courtois en toute circonstances !

Sur ce, bonnes vacances à tous, et on se retrouve à la rentrer pour une nouvelle surprise !

Bertrand et Olivier