Pendant des années la palme du vol le plus long du monde a été détenue par Singapore Airlines qui reliait les aéroports de Singapore Changi (SIN) et Newark Liberty (EWR) à New-York (dans le New-Jersey pour être précis) avec un Airbus A340-500. Abandonnée en 20313 cette ligne va revoir le jour fin 2018 avec la mise en exploitation par Singapore Airlines de ses premiers Airbus A350-900ULR (pour Ultra Long Range) capables de voler 20h sur 18 000 km d’une seule traite.

Singapore Airlines bat Qantas de peu

Depuis quelques temps ce titre était détenu par Qantas qui vient de relancer la « route kangourou » et relie Perth à Londres en Boeing 787-900. Le vol dure 17h20 dans un sens et 16h45 dans l’autre.

Record prochainement battu donc par Singapore Airlines qui reliera Singapour à Newark en 18h30 au retour et 17h30 à l’aller

Quel confort pour un vol de 18h ?

On en avait déjà parlé ici lors de l’annonce de Qantas du lancement de son Perth-Londres : quel confort pour des vols aussi longs. Chez TravelGuys on se voit mal entasser nos mètres presque quatre-vingt-dix dans un siège éco pendant 18h. Déjà question santé on doit friser la limite acceptable au niveau de la circulation sanguine, mais question confort cela doit vite devenir invivable.

Et même dans les classes avant. Pour avoir récemment fait un vol de 14h30 entre Londres et Jakarta je peux confirmer que même en première classe, même avec un service de plats à la demande, même avec un siège-lit et une cabine fermée…on commence à trouver le temps long.

Singapore et Qantas ont répondu de manière différente à la question.

Pas de classe éco chez Singapore

Les B787 de Qantas sont équipés de 236 sièges : 42 suites en business, 28 premium éco et 166 éco.

L’A350 de Singapore Airlines, lui, n’embarquera  que 161 passagers : 67 en business, 94 en premium economy. Singapore a (logiquement à notre avis) décidé de faire l’impasse sur la classe économique pour deux raisons : une cabine moins dense permet d’alléger l’avion et gagner en autonomie et, permet de maintenir un niveau de confort acceptable. Nous sommes convaincus qu’une cabine économie sur une telle distance n’a aucun sens et Singapore en administre la preuve.

Notons que l’A340 qui opérait la ligne auparavant était opéré en « full business », ce qui peut poser un challenge pour remplir la cabine pour un vol quotidien. Un mix Business/Premium Economy correspond sans doute au meilleur arbitrage possible entre remplissage, rentabilité et confort.

En attendant cette ligne tord le coup à la règle qui veut qu’un vol en correspondance soit la plupart du temps moins cher qu’un vol direct.

Et vous ? Vous vous voyez passer 18h en vol ?