Malaysia Airlines… Le nom de cette compagnie évoque pour la plupart de nos amis une réaction de recul. Et pour cause : près de 400 passagers ont péri dans les deux catastrophes des vols MH370 et MH17 survenues à quelques mois d’intervalle, en mars et en juillet 2014.

Après une période de disette très acide, Malaysia Airlines a réussi à renaître de ses cendres et revenir au meilleur niveau mondial. Retour sur ces 4 ans qui ont bien failli signer le glas de cette compagnie qui était en plein essor.

Une histoire récente très troublée

Tout semblait réussir à cette compagnie asiatique : en pleine expansion depuis le début des années 2000, Malaysia Airlines avait pour ambition d’atteindre la qualité de service de ses voisines asiatiques comme Singapore Airlines, Cathay Pacific et Thai Airways.

Outre un service à bord de grande qualité, Malaysia Airlines a été l’une des seules compagnies du Sud-Est asiatique à commander le fleuron d’Airbus, l’A380, qu’elle déploiera vers ses routes les plus prestigieuses comme Londres ou Paris.

Service 5 étoiles Malaysia Airlines, ici en First Class

La qualité de service dans toutes les classes a été récompensée en 2009 par les 5 étoiles SkyTrax, la plus haute distinction possible dans l’univers du transport aérien (même si, chez TravelGuys, nous sommes très sceptiques sur cet organisme peu sérieux).

Mais en mars 2014 arrive ce que l’on peut redouter de pire dans une compagnie aérienne : le crash, en l’occurrence du vol MH370 reliant Kuala Lumpur à Pékin, dont l’appareil et les passagers restent introuvables à l’heure où nous écrivons ces lignes, sans aucun indice sur la cause de l’accident. 239 passagers ont été tués.

Itinéraire potentiel du vol MH370

Et décidément, le sort s’est acharné : en juillet 2014, dans une grande confusion, le vol MH17 a disparu des radars à haute altitude sans modification de sa trajectoire ou de sa vitesse : il vient d’être abattu par un missile sol-air perdu dans le conflit russe dans les balkans.

Itinéraire du vol MH17 avant qu’il ne soit touché par un missile sol-air

Deux évènements difficiles à avaler pour une compagnie qui reste en cours de construction.

Quelques ajustements pour retrouver de la profitabilité

Juste après ces deux catastrophes, la compagnie a dû faire quelques ajustements pour reconquérir les clients dans un marché mégaconcurrentiel d’une part, et pour réduire ses coûts opérationnels d’autre part.

Aussi, début 2015, le comité exécutif dévoile un nouveau plan stratégique visant à reconquérir les clients.

Outre la suppression de 6000 postes et de quelques routes régionales, beaucoup de liaisons internationales sont interrompues, et les A380 mis en standby. Et pour cause, ils sont vides !

Les A380 sont remisés…
… Parce que les vols sont vides !

D’ailleurs, la compagnie cherche toujours à s’en débarrasser

Des atouts indéniables pour repartir de l’avant

Malaysia Airlines a cependant des atouts importants pour connaître une seconde vie :

  1. C’est une compagnie qui est dans une zone géographique où la concurrence fait rage mais dont le marché explose, d’une part de par l’expansion démographique qui continue de plus belle et d’autre part de par l’explosion du pouvoir d’achat qui draine la consommation de voyage vers des niveaux jamais atteints.
  2. Le coût du travail est toujours très bas en Malaisie, y compris pour les professions de service.
  3. Le tourisme continue de se développer dans le pays. Et qu’il y a encore beaucoup de marge avant d’arriver au tourisme de masse…

Largement de quoi se relever d’une telle crise donc, à l’instar de Garuda Indonesia.

Un produit revisité

Malaysia Airlines a bien 5 étoiles SkyTrax. Vous avez pu constater début janvier, si vous suivez le blog, que l’expérience vécue le justifie.

Malaysia, cependant, frappe fort avec la configuration de son nouvel Airbus A350-1000 : 4 suites First, 35 sièges Business en Full Access, 27 sièges Premium et 220 sièges Economy.

Configuration très premium de l’A350-900 de Malaysia Airlines

Et un service aux petits oignons que nous avons eu le plaisir de tester à nouveau récemment. Indéniablement, elle a tout d’une grande… Et la First a l’air très prometteuse :

Conclusion

La compagnie dispose désormais de tous les atouts pour continuer son développement. Si les deux catastrophes de 2014 restent dans les esprits, elle dispose d’appareils modernes et d’équipages bien formés qui permettent de délivrer un service 5 étoiles. Et des prix bien calculés pour remplir les vols : c’est finalement ceci qui sera clé dans les prochains mois : assurer le remplissage des appareils pour regagner des parts de marchés sur les Legacy de la région.

Previous articleW Montréal : une deuxième chance saisie avec brio
Next articleSheraton Nha-Trang : un bon resort !
Olivier est sur la blogosphère du transport aérien depuis 2010. D'abord contributeur majeur du forum FlyerTalk, il crée en juillet 2012 le site FlyerPlan, et rédige des articles à l'écho majeur chez les spécialistes de l'aérien. Il co-dirige désormais le blog TravelGuys avec Bertrand, en se focalisant sur l'expérience de voyage et les programmes de fidélité. Et bien sûr, tous vos articles préférés de FlyerPlan sont désormais sur TravelGuys !